TPI de Mamou : La perpétuité prononcée contre un auteur de viol suivi de meurtre

0
137
Alpha Oumar Sow, un jeune d’une trentaine d’années poursuivi pour viol, pédophilie et d’assassinat d’une fillette de 8 ans a été condamné à perpétuité par le tribunal de première instance de Mamou  ce mercredi 23 octobre.
Comparaissant en audience criminelle, l’accusé est revenu sur le faits. « On a rencontré un charlatan pour être riche. Il nous a demandé un billet de 20. 000 GNF qu’il a mis dans un carton. Après quelques minutes, le carton était rempli d’argent. Pour faire notre travail, le charlatan nous a demandé 10 millions. Et si nous utiliser cet argent, nous devons imbiber un mouchoir dans le sang d’une fillette vierge et excisée. Ce mouchoir ensanglanté va empêcher l’argent de disparaître. A la maison, j’avais ma cousine Asmaou âgée de 8 ans, elle répondait aux conditions car elle était excisée. Avant de réaliser la mission, mon ami Abdoulaye et moi avons pris de l’alcool, de la drogue et des comprimés. Ma maman n’était à la maison cette nuit. Les filles étaient seules. Après avoir fini de consommer, nous sommes venus à la maison avec mon ami Abdoulaye muni d’un mouchoir. J’ai appelé la fillette dans la chambre car elle ne dormait pas. Je lui ai dit que son médecin est venu en pointant du doigt à mon ami Abdoulaye. Elle m’a répondu que personne ne va la toucher. Je l’ai saisi par la tête tout en l’empêchant de crier, Abdoulaye a placé le mouchoir dans ses parties génitales pour avoir le sang. Elle a rendu l’âme entre temps sans le savoir. Après avoir accompagné mon ami, je suis revenu à la maison nettoyer la chambre. C’est ainsi que j’ai constaté qu’elle était vraiment morte », a t-il expliqué à la barre.
Ces explications sont très différentes du contenu de l’ordonnance de renvoi. L’une des filles présente à la maison avait témoigné que Alpha Oumar était seul. Elle avait même tapé à la porte et il a refusé d’ouvrir. L’accusé avait abusé sexuellement de la fillette. Des traces de sperme étaient constatées sur la victime. Pour accomplir son salle besogne, il avait étranglé la fillette.
Dans ses réquisitions, Sidiki Camara le procureur de la république près le tribunal de première instance de Mamou a requis la perpétuité contre l’accusé et une période de sûreté de 30 ans.
Le président du tribunal Abdoulaye Conté a requalifié les faits en mettant de côté la pédophilie, il a retenu les faits de viol et de meurtre contre l’accusé en le condamnant à la réclusion criminelle à perpétuité avec une période de sûreté de 30 ans.
Cette affaire qui avait défrayé la chronique à Mamou remonte à la nuit du 30 au 31 juillet 2019.