Trafics d’êtres humains et immigration : en deux ans, 17 réseaux ont été démantelés en Guinée (Tiégboro)

0
939

« Depuis 2017, c’est le 17ème réseau de trafic d’être humain et immigration clandestine que nous venons de démanteler. Imaginez, le nombre de personnes déférées devant les tribunaux. Mais très malheureusement, la pratique continue. Je me dis que parce que les premiers arrêtés n’ont pas été condamnés à la hauteur de leur forfaiture. Après le 16ème cas, je n’ai jamais pensé et même imaginé un seul instant qu’on pouvait prendre un 17ème réseau de trafic humain et d’immigration clandestine ».  Tels sont les propos tenus ce vendredi 24 mai par le Secrétaire général à la Présidence, chargé des services spéciaux, de la lutte contre la drogue, le crime organisé et l’office de répression des délits économiques et financiers, le colonel Moussa Tiégboro Camara. Lisez !

« Ce qui est inquiétant, ce sont des filles léonaises qui voyagent sur Kurdistan, en Irak via l’aéroport international de Conakry-Gbessia. C’est pourquoi elles sont rapatriées vers la Guinée et c’est très choquant. Les passeports que nous avons vus sont léonais. Mais je me demande comment elles peuvent être rapatriées vers la Guinée. Il y a un problème que quelqu’un quitte la Sierra Léone pour venir s’embarquer à Conakry. Cette pratique impacte négativement l’image de la Guinée. Elles sont des léonaises qui viennent s’embarquer en Guinée… Pour les Kurdes, elles sont de la Guinée.  Voilà le gros des problème que nous sommes en train de supporter…», a-t-il indigné.

Lire vidéos: