Tragédie de Kassonya : les témoignages d’un rescapé « héros » du naufrage

juillet 5, 2018 6:13
0

Après le drame de Kassonya ayant causé la disparition de plus d’une dizaine de personnes, nous avons rencontré sur les lieux ce jeudi 5 juillet Kandia Touré, un des rescapés qui a bien voulu nous livrer ses témoignages sur cette tragédie. Notre interlocuteur affirme avoir sauvé la vie à sept personnes. Lisez plutôt:

« J’étais dans la pirogue avec mon épouse. Nous étions à bord d’une pirogue motorisée pour rejoindre l’autre rive. La pirogue qui venait de la rive d’en-face n’avait à son bord que 4 personnes plus le propriétaire. Et c’est sous le pont qu’il y a eu collision entre les deux pirogues qui se sont renversées. Et soudain, les gens ont commencé à se noyer. J’ai d’abord fait sortir mon épouse pour la mettre à labri. Je suis revenu chercher le bébé qui était tenu par sa mère pour le faire monter également. Au moment de venir chercher sa mère, parce qu’à ce niveau l’eau tourne en rond, elle était déjà emportée par l’eau ainsi que nos bagages. Personne ne peut vous dire exactement le nombre de personnes qui se sont noyées. Parce que nous étions assis trois par banc. Nous dépassions quand même 20 personnes. Si quelqu’un dit que dans la pirogue, il y avait 20 personnes, c’est faux ! Nous dépassons 20 personnes. Et il y a même deux autres passagers en plus de nous qui étions  assis  sur le banc. Nous avons payé 2 000 Fg chacun, alors qu’eux, puisqu’ils ont été embarqués clandestinement, ils ont payé 1 500 FG, chacun. Ils étaient assis à côté du piroguier. La femme Guerzé qui est portée disparue, j’ai tout fait pour la repêcher, en vain. Et au moment où je venais vers elle, le torrent était très puissant. Mieux, j’étais maintenant fatigué. J’ai sauvé 7 personnes, y compris mon épouse. J’ai fait monter 4 femmes et trois hommes qui sont vivants ».

Notre témoin espère voir les autres corps retrouvés d’ici demain ou après-demain. «Mais nos bagages ne seront pas retrouvés quand même, parce que si par malheur, ils sont retrouvés par un malhonnête, nous ne pourrons plus jamais les revoir. Nous avions des objets de valeur dans nos sacs. J’avais des habits pour le mariage que je venais d’acheter ainsi qu’un téléphone dont je détiens la facture. Mais l’essentiel pour nous, c’est que nous nous en sommes sortis vivants, mon épouse et moi », a conclu Kandia Touré.