Transport : des coupeurs de route arrachent près de 30 millions et des objets de valeur à des passagers.

août 20, 2019 12:00

Les coupeurs de route qui règnent en maîtres sur la nationale Labé – Conakry ont une fois de plus frappé fort dans la nuit du Lundi à ce Mardi 20 aout 2019 à Fello Soré (localité située à environ 10 kilomètres de Mamou). Au nombre de 5 personnes à moto, les malfrats auraient tiré sur le pneu arrière du véhicule afin de l’immobiliser. Avant de tenir tout le monde en respect. Ils ont par la suite arraché près de 30 millions GNF et des objets de valeurs, a appris Guinéenews.

Les faits se sont produits aux environs de 3 heures du matin, selon Amadou Talibé Diallo le chauffeur du taxi attaqué: « c’est à Fello Soré à la rentrée de Mamou pour les véhicules en provenance de Conakry qu’on nous a attaqués. Ils étaient sur deux motos et ont tiré sur mon pneu arrière. Ensuite ils m’ont fait descendre pour me mettre dans le coffre avant de conduire le véhicule dans la brousse. A ce niveau, ils nous ont fait descendre pour prendre tout ce qu’on disposait. Les bagages des passagers, même des colis que le syndicat m’avait donné à Bambéto ont été emportés », raconte-t-il.

Une forte somme d’argent et des objets de valeur ont également et arraché, poursuit le chauffeur : « moi, ils m’ont pris 850 000 GNF plus trois téléphones (le mien et deux autres que je devais ramener à Labé). Maintenant, au niveau de la gendarmerie de Mamou, les passagers ont également déclaré leurs pertes ; l’un d’entre eux a parlé de 5 téléphones et 6 524 000 GNF ; un autre a déclaré 10 000 000 GNF et 3 téléphones. Ensuite un autre a fait cas de 4 téléphones plus 6 500 000 GNF et le dernier a déclaré 2 téléphones et 4 200 000 GNF. C’est ce qui a été déclaré au niveau de la gendarmerie. En plus, on m’a arraché une valise emballé qu’un colonel avait remise au syndicat de Bambéto. Ainsi, ils ont fouillé tous les bagages, tout en emportant d’autres » ajoute le chauffeur du taxi- brousse.

Heureusement, aucune perte en vie humaine n’est à déplorer : « ils n’ont blessé personne ; c’est seulement moi et un autre passager qu’ils ont bastonnés avec leur fusil. Ils disposaient de deux PMAK tenus par deux d’entre eux alors que les 3 autres se chargeaient de trier les bagages. C’est aux environs de 3 heures 40 minutes qu’ils nous ont attaqué pour nous retenir jusqu’à 5 heures 30 de ce mardi. Ensuite, j’ai changé le pneu et on est venu à Mamou »,a conclu Amadou Talibé Diallo le chauffeur du taxi ayant essuyé l’attaque.

Ce genre d’attaque d’hommes à moto est devenu une coutume sur la nationale Labé – Conakry où il ne se passe plus un mois sans que des brigands ne s’attaquent aux taxis qui font la navette entre ces deux villes.