voir Plus
    vendredi, 16 avril 2021
    26.9 C
    Conakry
    «Le plaisir de vous informer objectivement sans biaise ni tabou est notre crédo». YBS

    Transport : Le cri de cœur des chauffeurs bloqués à la frontière guinéo – sierra léonaise

    Bloqués au niveau de la frontière Guinéo – sierra léonaise, une centaine de chauffeurs Guinéens y tirent le diable par la queue. Ne pouvant ni passer, ni retourner, ces gros porteurs qui profitaient par Pamelape pour continuer leur trajet après la fermeture des autres frontières terrestres se retrouvent dans une situation très compliquée, a appris Guineenews.

    « On est bloqué ici à Pamalape depuis le 14 décembre dernier. On ne comprend rien car c’est à notre arrivée qu’ils nous ont dit que la frontière est fermée. On a pris langue avec le chef de bureau qui n’a également aucune information sur la situation. Lorsqu’on venait, la frontière était ouverte de ce côté et la circulation était normale. Car en ce moment, c’est la frontière d’avec le Sénégal qui était fermée. Donc, on est passé par là pour aller en Sierra Léone et c’est au retour qu’on a trouvé que c’est fermé », explique Mamadou Mountagha Diallo au nom de ses pairs.

    A ce jour, c’est plus de 100 camions qui sont bloqués entre les deux postes fronaliers renchérit notre interlocuteur. « Mon véhicule est chargé d’huile en provenance de la Sierra Léone et les autres ont toutes sortes de marchandises car il y a des camions chargés de la mayonnaise, du beurre, de l’acajou, … Jusqu’à hier, on a recensé 105 camions bloqués ici à la frontière entre la Guinée et la Sierra Léone. On attend dans l’espoir que les activités reprennent. Tout le monde s’attendait à une reprise dés après l’investiture du chef de l’Etat », soutient-il.

    A la question de savoir s’ils ne peuvent pas se retourner vers la Sierra Léone, Mamadou Mountagha Diallo répond: « non c’est impossible car on a tout réglé au niveau du poste frontalier de la Sierra Léone et ce sont des camions qui doivent être escortés. Maintenant on est là, on ne peut pas se retourner et on n’arrive pas à passer du côté de la Guinée, on est là au milieu et chacun dort dans son véhicule alors que la marchandise est en train de se gâter du jour au lendemain. Il y a au moins trois personnes par camion, on est là », a-t-il conclu.

    Par ailleurs, il faut rappeler que des centaines de chauffeurs qui faisaient la navette entre la Guinée et les pays voisins, sont au chômage depuis la fermeture des frontières terrestres. Une fermeture intervenue à l’occasion des élections présidentielles tenues le 18 octobre dernier.

    À LIRE AUSSI

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    PUBLIREPORTAGE