Transports : Aboubacar Sylla inaugure le nouveau siège de l’OGC devenu CGC

décembre 27, 2018 3:45

Le  ministre des Transports Aboubacar Sylla a procédé ce mercredi 26 décembre à l’inauguration du nouveau siège de l’OGC (Office Guinéen des Chargeurs) désormais CGC (Conseil Guinéen des Chargeurs) à la Camayenne dans la commune de Dixinn, a-t-on constaté sur place.

D’après le Directeur général de CGC, M’Bany Sangaré, de 2010 à 2018, l’OCG a connu des problémes d’ordre organisationnel et financier qui ont amené le Chef de l’Etat, Alpha Condé  à instruire le ministre des Transports d’alors de transformer l’OCG en CGC.

Sur le plan national, M’Bany Sangaré a rappelé que le CCG a pris des contacts avec quelques acteurs de la chaine qui sont le PAC (Port Autonome de Conakry), la Direction générale des Douanes, la société navale guinéenne, les entrepôts maliens en Guinée, les associations des transitaires, l’association guinéenne des consignataires maritimes, l’union nationale des transporteurs routiers de Guinée, la fédération syndicale des professionnelle nationale des transports et mécaniques générales et bientôt les chambres consulaires (chambre du commerce, d’industrie, et d’artisanat de Guinée, la chambre nationale d’agriculture et la chambre des mines de Guinée ainsi que les organisations patronales.

Sur le plan d’infrastructures, M. Sangaré a indiqué que le CGC vient d’obtenir des domaines de 10 hectares à Tamagaly (Mamou), 10 hectares à Sisséla (Kouroussa) et 30 hectares à Kourémali (frontière Guinée-Mali). Selon lui, ces espaces sont destinés à la réalisation d’aires de stationnement et de repos pour les véhicules et les conducteurs dans un minimum de confort et de sécurité.

«Ces espaces participeront à la création de l’emploi direct et indirect et au développement socioéconomique de ces localités. Il s’agit principalement de réduire le temps et le coût du transport, sécuriser les cargaisons à l’importation et à l’exportation», a-t-il expliqué.

Prenant la parole, le ministre des Transports, Aboubacar Sylla a rappelé qu’il y a quelques mois, le Conseil Guinéen des Chercheurs avait une image particulièrement ternie de l’opinion nationale. D’après lui, on l’identifiait comme étant une véritable vache laitière où venaient s’abreuver des fonctionnaires corrompus.

Toutefois, a-t-il fait savoir, cette image est en train de changer aujourd’hui parce que la nouvelle direction est en train de procéder à des innovations importantes. «Le CGC est une structure qui a un rôle important à jouer dans le développement de notre pays. Elle va aider de façon significative les chargeurs, c’est-à-dire, tous les importateurs et exportateurs guinéens ou étrangers, au départ ou à l’arrivée des ports et des marchés guinéens afin que le trafic puisse s’effectuer de la façon la plus économique pour des uns et des autres», a-t-il dit.

A en croire Aboubacar Sylla, le CGC dans sa forme actuelle va s’évertuer à construire des infrastructures et des aires de stationnement mais aussi des entrepôts pour permettre d’y faire transiter des marchandises venues d’ailleurs ou destinées à l’exportation.

«Le Port Autonome de Conakry est à peine à 900 km de Bamako mais il n’y a que 3% des marchandises importées par le Mali qui transitent par le Port de Conakry. Des raisons liées par les infrastructures routières et ferroviaires mais aussi, le fait que le CGC ne jouait pas son rôle de facilitation par la création d’un environnement règlementaire favorable. Nous avons décidé d’élargir la base de données du CGC au système informatique de la Douane nationale qui va améliorer significativement l’efficacité des services douaniers dans le recouvrement de ses propres redevances. Cela va réduire les fraudes, les fausses déclarations et la traçabilité de la marchandise sera établie par les bordereaux électroniques de suivi des cargaisons (…)», a-t-il conclu.