Travaux publics : la route Mamou-Faranah menacée d’interruption

0
852

 

En ce début d’hivernage dans la région de Mamou, la route nationale Mamou-Faranah, principal axe routier qui mène à la région forestière, risque de se couper sous l’effet des pluies et des camions poids lourds. Le revêtement routier sur plusieurs points s’étant fortement effrité, créant d’énormes cavités dans la chaussée.

Sur ce tronçon, à quelques mètres de la sortie de Mamou, existe une énorme cavité avant de se buter aux multiples nids de poule. A Balancia et Kourbon dans la sous-préfecture de Soya, des riverains s’investissent à l’aide des troncs d’arbres et cailloux pour fermer les trous.

A Kourbon, où un camion remorque transportant des madriers s’est renversé récemment dans une énorme cavité, bloquant le passage des véhicules, des jeunes volontaires s’investissent depuis deux jours pour ouvrir une déviation et fermer avec des troncs d’arbres le trou.

Pendant cette activité, un élu local de la commune rurale de Soya se permet de porter plainte contre ces jeunes à la gendarmerie de Berteya où des agents sont allés leur soutirer 200000GNF.

« Nous travaillons ici toute la journée sans rémunération. Sur la déviation que nous avons dégagée, nous demandons le prix de l’eau. Nous utilisons cet argent collecté pour acheter du carburant pour la tronçonneuse. Nous coupons des troncs d’arbres pour remplir le trou et nous trouvons des blocs de pierres pour fermer le trou. C’est ainsi, le lundi dernier, Ibrahima Soya est venu crier sur nous, pour nous dire de dégager ici. Il y’a eu altercation, il est parti porter plainte contre nous à Berteya. Nous avons saisi notre chef secteur. Nous avons donné les 200000GNF que les chauffeurs nous ont offerts aux gendarmes. Vraiment c’est décevant, on ne nous aide pas et ils viennent retirer ce qu’on a eu », déplore Amadou le porte-parole des jeunes.

Si des dispositions ne sont pas prises dans les prochains jours, cette route très fréquentée risque d’être coupée de la circulation.

Du côté du ministère des Travaux publics, nous n’avons pas pu avoir de répondant pour le moment, à propos de l’état de dégradation poussée de cette  route nationale.