Très amer vis-à-vis du président : Cellou s’interroge sur sa nationalité

0
677

Face à ses militants samedi, Cellou Dalein s’est montré très déterminé à en découdre avec Alpha Condé, afin qu’il renonce au projet de nouvelle Constitution. Il a invité ses partisans à se mobiliser et à poursuivre le combat qu’ils ont entamé depuis 2010 même après lui, si jamais l’éventualité se posait. Allant jusqu’à se demander si réellement le chef de l’Etat était un vrai Guinéen, pour se conduire ainsi.

Le président de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) a d’abord indiqué que la volonté du président Alpha Condé de s’octroyer un 3ème  mandat était connue de tous, mais ce n’est que ce jeudi qu’il l’a officialisée.

« M. Alpha Condé est enfin sorti du bois en décidant de soumettre sa constitution au peuple de Guinée. Ça fait depuis longtemps qu’il a pris cette décision, mais c’est seulement avant-hier qu’il a décidé de l’annoncer. »

Pour le chef de l’opposition, Alpha ne veut pas d’une nouvelle Constitution, parce qu’il veut moderniser l’Administration, mais c’est pour assouvir son besoin de s’éterniser au pouvoir, car « on peut réviser les dispositions révisables », donc pour y ajouter les reformes qu’on veut. « Mais, regrette-t-il  Alpha s’en fiche de la loi. »

Au vu de la situation depuis 9 ans, Cellou Dalein s’est demandé si réellement un Guinéen pourrait-il infliger toutes ces situations désastreuses à ses compatriotes.

 « Il y a plus de 129 jeunes abattus à bout portant. Ils n’ont pas eu droit à la justice, parce qu’Alpha ne l’a pas voulu. Son objectif c’est de décourager la manifestation autorisée par la Constitution. Il s’en fout du droit des citoyens. On se pose la question est-ce que c’est un Guinéen qui nous dirige, parce qu’il n’a pas pitié de ce peuple», s’est emporté Dalein.

S’adressant à ses militants qui ne voulaient entendre de sa bouche que « le départ d’Alpha Condé », Cellou Dalein appelle à la mobilisation, car, selon lui, le président Condé « n’a ni la légalité, ni la légitimité » de diriger le pays, pour « s’être parjuré », en ayant la volonté de changer la Constitution.

« Je sais que vous êtes abattus, mais il faut se mobiliser. Il ne faut pas qu’on le laisse faire. Quels que soient les sacrifices, il faut que nous puissions les consentir pour sauver la Guinée. Il faut qu’on se mobilise. Ça demandera des sacrifices, mais on n’a pas droit d’échouer. Il faut qu’on soit mobilisés et prêts à consentir des sacrifices », a-t-il prêché.

Le Front national pour la défense de la Constitution (FNDC) appelle à une forte mobilisation le 26 décembre. Cet acte est dénommé la marche de l’ultimatum. Cellou Dalein demande à ses militants de faire le plein des rues ce jour pour montrer à tout le monde au’ « Alpha est seul ».

Après ça, le président de l’UFDG estime qu’il est temps que le FNDC change de stratégie pour faire plier le pouvoir.

 « Après la marche du 26 décembre, le FNDC va décliner un programme. Il faut qu’on change de stratégie pour que la lutte soit plus dure jusqu’à ce que M. Alpha Condé renonce à son projet de 3ème mandat. Il ne sera pas candidat. On ne va plus compétir avec M. Alpha Condé. Il n’en est pas question et ça, quel que soit le prix à payer », a juré l’opposant.

L’appel est lancé. Le 26 décembre  va être un test aux actions que le FNDC va engager dès janvier 2020. Un janvier qui risque de rappeler celui de 2007 quand toutes les couches sociales du pays ont voulu en découdre avec le pouvoir de feu Général Lansana Conté.