Tribalisme et politisation à outrance  : voici la potion que Dalein propose

0
774

Suivez en direct Cellou Dalein Diallo Président de l'UFDG dans l’émission sans concession de Guinéenews.

Posted by Guineenews.org Boubahcom on Tuesday, July 14, 2020

Très critique à l’endroit du pouvoir Condé qu’il accuse de tribaliste, Cellou Dalein Diallo, le président de l’UFDG, se lance un défi de taille, celui d’éradiquer ce fléau qui gangrène aujourd’hui le pays. Pour gagner ce pari, le principal opposant à Alpha Condé est inspiré par un plan tout simple dont il a défini les contours ce mardi 14 juillet dans l’émission ‘’Sans Concession’’ de Guinéenews.

Pour ainsi extirper les germes de ce mal des cœurs, Cellou Dalein, propose de gouverner autrement en séparant la politique de l’administration. Guinéenews vous livre ici in extenso sa réponse relative aux solutions à ce fléau :

 « Déjà, je le fais au niveau de l’UFDG. C’est mal connu du fait de la campagne qui est menée contre nous. Lorsqu’on installait le parti, au niveau de Conakry par exemple, on a dit non qu’il ne faut pas que tous les responsables ou plus de la moitié des responsables viennent d’une région. Parce que nous sommes dans la capitale. Il faut qu’on fasse l’effort de montrer notre capacité à rassembler même au niveau du parti. Et si on est implanté dans toute la Guinée, (aujourd’hui on a des élus au niveau de toute la Guinée, on n’a pas de majorité dans certaines régions), c’est grâce aussi à cette politique. Parce que nous pensons que la réconciliation et le rassemblement des Guinéens est une obligation pour nous. Nous sommes très peinés, très choqués de voir la Guinée divisée, de voir la tribalisation à outrance du débat, la stigmatisation et l’exclusion auxquelles se livrent Alpha Condé et son équipe. Parce que pour bien régner, il a besoin de diviser les Guinéens. Nous n’allons pas faire cela. Nous allons créer un Etat neutre et impartial qui va traiter tous les Guinéens sur le même pied. Un Etat qui n’est pas au service d’un groupe particulier même pas de l’UFDG. … On (les régimes successifs ndlr) est toujours dans une dynamique de parti Etat. C’est-à-dire que l’administration est au service d’un parti. Je pense que l’UFDG aura suffisamment de légitimité pour pouvoir séparer (l’administration du parti ndlr). Le parti doit se battre comme les autres partis pour conquérir la confiance des citoyens. Et l’administration ne doit pas être au service du parti. Elle doit être neutre et impartiale. Il faudra se débarrasser de certains fléaux, le laxisme, l’impunité, la corruption qui minent aujourd’hui notre administration. Si vous avez une bonne administration intègre, tournée vers le développement, débarrassée de la politique, vous laissez les politiques de côté. Ils vont chacun vendre son projet ou son bilan. Vous mettez en place une administration qui pourra même être un arbitre, vous avez une justice indépendante, mais vous avancez. Les Guinéens ont besoin de confiances ; bien sûr qu’ils seront vigilants. Il ne s’agit pas de faire des déclarations. Il faut que le président de la République se montre comme étant le président de tous les Guinéens. Il doit montrer l’exemple de la direction à prendre à ses ministres, à ses préfets, à ses gouverneurs, aux forces de défense et de sécurité. Le comportement du président est extrêmement important. Il doit faire preuve d’éthique, de bonne moralité. Il doit défendre ces valeurs là et les incarner pour pouvoir les imposer, sinon entrainer tous les cadres de l’administration sur cette voie-là… L’unité et la réconciliation passeront par l’instauration de l’Etat de droit, la neutralité, l’impartialité de l’administration et la séparation de l’administration et le parti au pouvoir. Sinon, on continuera à tourner, à tribaliser le débat, à stigmatiser les ethnies, susciter des contradictions entre-elles pour pouvoir se maintenir au pouvoir.  Moi, j’ai besoin, pour accéder ou me maintenir au pouvoir, de la confiance du peuple. Et lorsque je l’ai, je ferais tout pour être digne en agissant conforment aux attentes de la population… en veillant à ce que chaque citoyen puisse jouir de tous ses droits, y compris celui de choisir son parti sans que ça n’affecte ni sa carrière ni son parcours administratif. »