Tribunal de Dubréka : le juge Ibrahima Tounkara prend fonction

août 30, 2018 8:00
0

Nommé à la tête du nouveau tribunal de Dubréka à la faveur du vaste remaniement intervenu début août dans le département de tutelle ainsi que ses services déconcentrés, le juge Ibrahima Sory Tounkara a pris fonction ce jeudi 30 août en présence des autorités locales.  Le jeune magistrat, jusque-là président de la section correctionnelle du tribunal de première instance de Kaloum, remplace à ce poste sa consœur Mariama Doumbouya (elle est désormais la présidente du tribunal de première instance de  Kaloum).

En prenant fonction, le nouveau président du tribunal de première instance Dubréka a rassuré les populations de poursuivre « les efforts consentis par son prédécesseur pour améliorer la justice dans la préfecture ».  «Dubréka est une ville où les conflits domaniaux sont récurrents ces derniers temps. Nous rassurons également à ce niveau les populations de l’application stricte et rigoureuse de la loi », a également promis le nouveau président du tribunal.

«Les paisibles citoyens de Dubréka pourront compter sur cette équipe (avec ses collaborateurs) pour redorer le blason de la justice. Car, il ne faut pas se voiler la face, les populations guinéennes en général ont soif de justice », a-t-il renchéri.

Pour réussir la mission qui lui est assignée, Ibrahima Sory a tendu une main franche à tout le personnel de la juridiction. «Cette mission est certes difficile, mais pas impossible de l’accomplir », estime Tounkara.

Erigée en tribunal à la faveur de la réforme de la justice guinéenne, l’ancienne justice de paix jugera désormais les affaires criminelles. Au-delà des affaires domaniales qui sont récurrentes à Dubréka, la nouvelle équipe devra siégera sur des dossiers relatifs aux assassinats, viols, attaques à main armée… qui préoccupent également les justiciables dans cette ville très proche de Conakry. Le jeune magistrat sera-t-il à la hauteur de la tâche? En tout cas, il a à prouver comme d’ailleurs tous les jeunes promus à la tête des juridictions du pays, que Me Cheick Sako, le ministre de la Justice et Garde des Sceaux n’a pas eu tort de miser sur la jeunesse.