Troisième mandat pour Alpha Condé : Dr Faya accuse et cite des noms

avril 23, 2019 6:14

« Ce ne sont pas les gens du RPG qui réclament le référendum, ce sont les Malick Sankhon, les Baïdy Aribot, les Kassory, les Capi Camara…Ces militants de 25è heure »

Faya Millimono, le leader du Bloc Libéral est monté au créneau ce matin pour se défouler sur ses paires de l’opposition et les autorités du pays. Faya a dit sa part de vérité en ce qui concerne le maintien des députés à l’Assemblée Nationale et la révision de la constitution. C’est un homme amer qui a intervenu aujourd’hui sur les antennes de la Radio Espace pour parler de son combat politique et de « l’injustice » dont il serait victime sur le terrain.

A la question de savoir s’il tient encore à son combat contre les députés qui continuent de siéger à l’Hémicycle, le leader du BL persiste et signe qu’il ne lâchera pas tant que ceux qu’il qualifie d’anciens parlementaires ne quitteront pas l’Assemblée Nationale. « Comme on a toujours dit, ces députés qui continuent à siéger à l’Hémicycle sont périmés. Ils y sont pour leurs intérêts personnels et non pour le peuple de Guinée. Ce sont des employés d’Alpha Condé. C’est honteux ! A cause des primes de sessions, tout un peuple est sacrifié. Ils ne doivent pas parler ni voter des lois au nom du peuple. D’ailleurs est-ce-que ces lois sont appliquées ? Si jamais un nouveau régime arrive au pouvoir ils seront poursuivis. Pour revenir à ce qu’il s’est passé au Palais du Peuple, nous y étions pour riposter et dire aux députés de s’abstenir. Nous avions déroulé notre banderole sur laquelle il est écrit : « si vous glissez, il va glisser et la Guinée va tomber !». Au moment où on voulait s’adresser à la presse, les gendarmes sont venus avec la brutalité. Je leur ai demandé de ne pads faire usage de force. C’est ainsi qu’ils nous ont pris pour nous déposer à la Prison Centrale »

Que pense réellement Faya Millimono des partis présents à l’Assemblée Nationale ?

Pour le leader du Bloc Libéral, cette présence des parlementaires issus de l’UFDG et de l’UFR  à l’Hémicycle est « incompréhensive ». Il s’interroge même s’il y a encore des politiciens guinéens auxquels il faut faire confiance : « Je ne sais pas à qui il faut faire confiance dans notre pays. Les partis qui ont accepté de siéger ont pour argument comme quoi, leur absence à l’Assemblée Nationale laissera un boulevard au Président de décider seul. Je leur ai dit mais non ! Le combat de la constitution ne se règle pas à l’Hémicycle. C’est dans la rue ! Malgré leur présence, il y a l’article 51 qui autorise le Président à s’adresser à la majorité à l’Assemblée Nationale. Et il y est majoritaire ! Donc où est le problème ? Qu’ils soient francs ! Ils s’y cramponnent pour un problème d’intérêts personnels. Je salue certains militants de l’UFDG qui ont résisté. C’est vrai. Ça a bouillonné à l’intérieur des partis. Sidya s’est battu à l’intérieur, mais il a été mis en minorité. Il a cédé. C’est dommage. Pour moi, il n’y a plus de députés, il n’y a plus d’Assemblée Nationale. Selon l’article 60, le mandat des députés c’est 5ans. »

Le Bloc n’est-il pas seul dans ce combat ?

«  Non. Le Bloc Libéral n’est pas seul dans ce combat. C’est le rapport de force de deux partis qui pèse sur nous. Sinon, certains partis sont solidaires à notre combat. Je peux citer PADES, Kabèlé, UFD de Baadiko…..Que les collègues de l’opposition ne soient pas solidaires, nous ne fléchirons pas. Nous ne sommes pas isolés. S’il y a une élection libre et transparente, ça va changer. Les Guinéens sont entrain de comprendre. C’est vrai. Que les Guinéens sortent pour s’exprimer ! D’abandonner les considérations ethniques pour choir quelqu’un qui peut faire sortir le pays de la pauvretéEn un mot, nous n’avons  pas peur. Avec tout ce qui nous arrive, nous sommes désormais vigilants tout de même»

Quelle appréciation Faya fait de la Cour Constitutionnelle ?  

« La Cour Constitutionnelle a manqué de courage….C’est une Cour aux ordres d’Alpha Condé….Ce qu’il demande, il obtient. Tout passe comme une lettre à la Poste »  

Et le dossier du troisième mandat pour le Président Alpha Condé ?

Pour Faya Millimono,  l’affaire du troisième mandat est une affaire concoctée par les nouveaux-venus  au RPG. Les militants du 25è heure comme il le dit. Ceux qui rôdaient hier autour de feu général Lansana Conté. « Regardez autour du Président Alpha Condé ! Ce ne sont pas les gens du RPG. Ce sont les militants du 25è heure. Ce sont les Malick Sankhon, les Baidy Aribot, les Kassory Fofana, les Capi Camara, les Kiridi Bangoura…La racaille qui a fait « Koutoukoutout » autour de Lansana Conté…Les gens qui ont bouffé le pays…Ce sont les mêmes qui ont sorti les vieux fanions pour le maintien du Président Alpha au pouvoir. Bon Dieu ! Qu’on arrête de recycler les cadres ! Faya Millimono au pouvoir, ce sont des gens qui vont aller tout droit en prison »

Pourtant ils ont commencé prendre le terrain !

« Vous croyez vraiment  avec tout ce qui se passe à l’intérieur ? Les populations ont compris ! Je vous apprends qu’à N’zérékoré le député un certain Moryba Delamou voulant lui aussi faire plaisir au pouvoir, a organisé un tournoi de football pour le soutien de, je ne sais quoi, a du mal à faire la finale…Tellement c’est chaud, ils sont allés au camp militaire. Là-bas, le commandant a refusé de peur que ça ne dégénère »  

Concernant la lutte contre la corruption et l’arrestation de Paul Moussa Diawara, l’homme fort du BL, pense que c’est du deux poids deux mesures. Il espère que ça va continuer. Ça ne sera pas un feu de paille.

Parlant des militants de son parti à  Gonota  et Gueasso, Faya Millimono déplore le traitement auquel ils sont soumis dans cette partie du pays. Il a dénoncé l’attitude des responsables de l’administration publique qui tortureraient  les citoyens. Plus particulièrement les sous-préfets qui, selon Faya, s’érigeraient en juge pour commettre les bavures.