Troubles à l’ordre public: Dr Oussou menace de poursuivre le ministre Kéira après sa mise en grande  

0
166

Quarante-huit heures après la sortie du ministre de la Sécurité et de la Protection Civile Alpha Ibrahima Kéira qui a fermement promis lors de l’assemblée hebdomadaire du RPG de faire maintenir l’ordre public vaille que vaille, le vice-président du principal parti de l’opposition, Dr. Fodé Oussou Fofana est sorti de son gond ce lundi en le menaçant de poursuites judiciaires.

« Dès ce lundi 23 septembre, je prendrais attache avec mes avocats pour voir les possibilités de le trainer devant les juridictions. Il a accusé des citoyens de fauteurs de trouble parce qu’ils veulent exercer un droit constitutionnel.  Je suis très déçu du ministre Alpha Ibrahima Keira. Son histoire est connue. Il a été quelqu’un de très proche du président général Lansana Conté. Il a été un ministre tout puissant du régime Conté quand Alpha Condé était dans l’opposition. Aujourd’hui, il doit se battre pour qu’on garde une bonne image de lui. Le fauteur de trouble est celui qui veut empêcher la démocratie. Ce n’est pas celui qui exerce ses droits constitutionnels. Le ministre Keira est allé très loin et on le tiendra pour responsable de tout ce qui adviendra. Nous avons compris que monsieur Alpha Condé ne comprend que le langage de la rue. L’histoire retiendra les propos du ministre de la Sécurité et de la Protection Civile Ibrahima Keira. Il nous trouvera sur ses chemins. S’il y a un prix à payer, nous le payerons mais il est hors de question qu’on fasse dans ce pays un coup d’Etat constitutionnel.  Je rappelle au ministre Keira, quand le peuple Burkinabé est sorti, le ministre de la Sécurité du président Blaise Compaoré est allé se cacher. Je veux dire que personne ne peut quelque chose contre la volonté du peuple. C’est dans le siège d’un parti politique qu’Alpha Ibrahima Keira a tenu ses propos va-t-en-guerre au moment où la paix sociale est menacée… Tenir ces propos au siège du RPG Arc-en-ciel, veut dire qu’il s’adresse à nous. Nous n’avons aucun respect pour une ministre de la République qui se comporte comme un militant d’un parti politique…»