Tueries à Zogota : l’Etat guinéen condamné à payer plus de 4,5 milliards GNF aux victimes

0
386

Les victimes du massacre de Zogota, en août 2012, ont enfin obtenu une décision de  justice plus de huit ans après les faits.  Ce mardi 10 novembre, lors d’une audience en ligne, la Cour de justice de la CEDEAO a rendu sa décision sur cette affaire qu’elle juge depuis 2018. Dans son arrêt, la  Cour a déclare la République de Guinée coupable de violation « du droit à la vie ; du droit de ne pas être soumis à la torture, aux traitements inhumains, cruels ou dégradants ; du droit à ne pas faire l’objet de détention et arrestation arbitraire ; du droit à un recours effectif ».

Pour la répression, l’Etat guinéen a été condamné au paiement à chaque ayant droit des feux N’yankoye KOLIE, Foromo Tokpa KOLIE, Nazouo KOLIE, Siba KPELEYA, Moriba Tokpa KOLIE et Kokpa Zaoro LOUA la somme de 160 000 000 GNF, soit 960 000 000 GNF.

La Guinée devra également  payer à 15 autres victimes la somme de 240 000 000 GNF chacune, soit 3 600 000 000 GNF. « La Cour  condamne la Guinée au paiement des entiers dépens ; impartit un délai de six mois à la Guinée pour exécuter l’arrêt… La Guinée adressera à la Cour un rapport d’exécution à l’expiration des délais de six mois à compter de la notification du présent arrêt », pouvons lire dans la décision.

« C’est un début de justice, un début de réponse à l’impunité entretenue par la République de Guinée face aux graves violations des droits de l’Homme. Je pense que le pays devrait se plier à cette décision et profiter de l’occasion pour respecter ses obligations internationales en matière de droits de l’Homme », a réagi Me Pépé Antoine Lama, l’un des avocats des victimes à cette décision. L’avocat espère que la Guinée  fera bon élève cette fois-ci en s’acquittant en respectant cette décision de justice dans le délai de six mois qui lui est imparti. « Tout ne se résume au versement des sommes d’argent. Le veux ardent des victimes est de voir les auteurs de ces atrocités répondre devant la justice », a souligné Me Lama.

Dans la nuit du 03 au 04 août 2012, vers 1 heure du matin, des hommes en tenue militaire ont attaqué le village de Zogota, tuant six villageois. L’attaque de Zogota a eu lieu dans un contexte de profond mécontentement des populations riveraines du mont Yono, dont celles de Zogota, contre les pratiques de la société minière Vale/BSGR Guinée SARL et son sous-traitant Zagope.