Tueries de N’Zérékoré : un collectif de partis politiques dénonce l’implication des milices de l’ULIMO

0
1066
Dans une déclaration dont Guinéenews a reçu copie, ce vendredi 27 mars, un collectif de six partis politiques dénonce « des représailles punitives de la part des milices de l’ULIMO et des chasseurs traditionnels « Donzos » entretenus selon lui, par le gouvernement et ses représentants locaux ».

L’UPG, l’UDD,  l’UGDD, le BL, le parti CADRE et le PPC dont il s’agit, tout en invitant les populations de N’Zérékoré de revenir à de meilleurs sentiments pour préserver la quiétude et la paix, condamnent avec fermeté les violences enregistrées et demandent aux autorités administratives, aux forces de défense et sécurité de prendre leurs responsabilités républicaines pour ramener l’ordre et le calme dans la région. Lisez l’intégralité de cette déclaration :

« Notre pays la République de Guinée, traverse une crise profonde depuis la décision de monsieur Alpha Condé, d’organiser au forceps un référendum pour faire valider son projet de nouvelle constitution, qui vraisemblablement, doit lui ouvrir le boulevard vers un troisième mandat non autorisé par la constitution du 7 mai 2010.

 L’entêtement de monsieur Alpha Condé de vouloir organiser vaille que vaille ce double scrutin des législatives couplées au référendum sur une nouvelle constitution, le 22 mars 2020 contre la volonté de la majorité de la population Guinéenne et de la communauté internationale, a occasionné des violences aussi bien à Conakry qu’à l’intérieur du pays. De nombreux cas de morts et de blessés graves ainsi que des dégâts matériels importants ont été enregistrés sur toute l’étendue du territoire national.

 Les violences perpétrées le jour du double scrutin se sont poursuivies les jours suivants notamment à N’Zérékoré où les populations opposées au projet de nouvelle constitution ont subi et continuent de subir des représailles punitives de la part des milices de l’ULIMO et des chasseurs traditionnels « Donzos » flagramment entretenus par le gouvernement et ses représentants locaux. 

 Avec grand regret, on note des tueries de personnes, des destructions d’édifices religieux (cinq Eglises, 2 mosquées) et de nombreuses maisons de particuliers incendiées. Des milliers de personnes ont pris la fuite dans les forêts et villages voisins, tandis que plusieurs dizaines sont portées disparues. A ce jour, on dénombre une soixantaine de morts recensés dont la majorité a été inhumainement enterrées dans une fausse commune privant ainsi les familles endeuillées de se recueillir pour une dernière fois des dépouilles mortelles.  Les nombreux blessés quant à eux sont reçus dans les structures hospitalières ou traditionnelles pour être soignés.

 Des sources fiables font état de la présence des chasseurs traditionnels « Donzos » et des éléments de l’ex-rébellion l’ULIMO venus du Liberia et de la Côte d’Ivoire pour semer la terreur dans la cité de N’Zérékoré. Des prises photographiques pendant le double scrutin établissent clairement la présence des Donzos dans des bureaux de vote, en lieu et place des forces régulières de défense et de sécurité.

 Par ailleurs, les déclarations de monsieur Amadou Damaro Camara dont nous détenons les enregistrements audio avant et pendant les évènements, pourraient établir son implication dans le montage et la mise en œuvre de la stratégie de destruction qui a été appliquée sur le terrain. De même, sa présence suspecte dans la région de N’Zérékoré la veille des hostilités alors qu’il était supposé être à Kérouané pour y superviser le vote, renforce l’hypothèse de son implication à toutes les étapes de ce développement macabre.

 Nous, leaders politiques signataires de la présente déclaration, condamnons avec fermeté les violences enregistrées et demandons aux autorités administratives, aux forces de défense et sécurité de prendre leurs responsabilités républicaines pour ramener l’ordre et le calme dans la région.

 Nous nous inclinons pieusement devant la mémoire des victimes et présentons nos condoléances les plus émues aux familles endeuillées. Nous invitons les paisibles populations de N’Zérékoré qui ont toujours fait des efforts pour surmonter leurs différends de revenir à de meilleurs sentiments pour préserver la quiétude et la paix.

Que Dieu bénisse la Guinée.

Conakry, le 27 mars 2020

 

Les Partis signataires :

M. Jacques Gbonimy (UPG), M. BAH Oury (UDD), M. Pépé Francis HABA (UGDD), Dr. Faya L. Millimouno (BL), M. Daniel Kolie (CADRE), M. Aboubacar Biro SOUMAH (PPC) »