Un Conseiller d’Alpha Condé sur l’accord RPG-UFDG: «on en prend acte tout en espérant qu’il va permettre d’apaiser le climat social»

août 10, 2018 1:10
0

Souleymane Kéita est un Conseiller à la Présidence de la République, chargé de Mission. Il est également le Coordinateur général de la Cellule de communication du RPG Arc-en-ciel.

Dans un entretien téléphonique accordé à Guinéenews, jeudi,  il s’est prononcé sur l’accord politique sur le contentieux électoral, signé le 8 août au QG de l’UFDG par la mouvance et l’opposition en présence d’une délégation gouvernementale, composée des ministres Bouréma Condé et Tibou Kamara.

M.Kéita a, d’entrée, mis en exergue la nécessité de maintenir un climat sociopolitique apaisé pour la mise en œuvre des projets du gouvernement.

Selon lui, la Guinée « a engagé de vastes chantiers de réformes au plan économique, politique et social. Aujourd’hui, avec toutes ces  opportunités  qu’on a pu obtenir grâce au leadership  du président Alpha Condé, cela nécessite un climat de paix, de sécurité et d’unité nationale pour la mise en exécution effective de tous ces projets.»

Par conséquent, dira-t-il, « le président de la République, conformément à ses principes et valeurs qu’il a toujours défendus, c’est-à-dire une Guinée intégrée où chacun se reconnaît à travers les actions qui sont menées au niveau de l’Etat, estime que pour toute chose, il faut le dialogue, la paix et la sécurité ».

C’est pourquoi, poursuit-il, « au niveau de la mouvance, on prend acte de cet accord tout en espérant que cela va nous permettre d’aplanir le climat social dans le pays pour favoriser le développement pour le bonheur de notre population.»

S’agissant des partis politiques comme l’UFR de Sidya Touré et l’UFD de Baadiko Bah qui ont protesté contre la signature de l’accord politique intervenue dans la nuit du mercredi à jeudi 8 août, le Conseiller chargé de mission à la Présidence déclare qu’« un accord ne signifie pas la satisfaction totale de toutes les parties prenantes. Mais lorsque le consensus se dégage au niveau de la majorité, cela doit engager tous ceux qui ont pris part à l’accord. Il ne s’agit pas d’amener forcément à faire passer vos idées. Mais lorsqu’une majorité s’est dégagée par rapport aux grandes orientations, du coup, les conclusions qui sortent engagent tous les acteurs qui ont pris part à la rencontre ».

C’est normal, martèle-t-il, que «l’UFR donne son impression, exprime ses ressentiments face à la situation. Mais, toujours est-il qu’il faut privilégier la paix et la quiétude sociale pour permettre à la population de vaquer à ses activités et créer un cadre approprié pour l’investissement de nos partenaires étrangers ».