Un gendarme a-t-il tué Alhassane Barry ? voici ce que répond le commissaire Fabou

0
780
Fabou Camara, directeur central de la police judiciaire. Mady Bangoura/Guinéenews

Pendant que la gendarmerie se refuse à tout commentaire sur les accusations récurrentes dont elle fait l’objet à travers un de ses agents, supposé ou réel, c’est la police qui annonce avoir pris en charge le dossier.

Dans une sortie médiatique hier mercredi, le directeur central de la police est revenu sur les violences intervenues pendant et après la manifestation du FNDC, le lundi dernier. Dans ses propos, le commissaire Aboubacar Fabou Camara a particulièrement fait mention des cas des deux personnes mortes dans des circonstances non encore élucidées.

Il s’agit de Marie-Jeanne Sidibé, 45 ans, « touchée par une balle perdue » lundi alors qu’elle était à son domicile, au salon plus précisément. Et également de l’élève Alhassane Barry de la 10ème année, mort suite à un projectile reçu à la tête…

C’est justement à propos de ce dernier dont l’assassinat est attribué à tort ou à raison à un gendarme dans beaucoup de témoignages que nous avons joint le commissaire Fabou.

Au téléphone de Guinéenews, le directeur central de la police judiciaire répond que « c’est une information que vous me donnez. Je note cette information (…) et je donne ça à mes enquêteurs. » Rappelant de passage que « le journal est une source d’information pour la police », et de préciser « qu’on appelle ça les sources ouvertes. »

Par ailleurs, faut-il noter que le commissaire Fabou a précisé que c’est le procureur de la République près le tribunal de première instance de Dixinn qui a instruit à ce que le corps de la victime soit déposé à l’hôpital national d’Ignace Deen pour des fins d’autopsie.