Un pont de l’amitié de l’Afrique vers la Chine

0
449

Par Zhao Xiaoxia, journaliste à l’édition Outre-mer du Quotidien du Peuple, partenaire de guineenews.org 

«Amour Chine-Afrique – Jeunesse et volontariat » : des participants au camp de la jeunesse font l’expérience de la culture traditionnelle chinoise au Musée de la capitale, à Beijing. (Photo Li Fubin)

Le 20 août, 300 jeunes et d’âge moyen originaires de 23 pays d’Afrique et de 10 universités chinoises ont participé au camp de la jeunesse sino-africain « Amour Chine-Afrique – Jeunesse et volontariat » parrainé par le siège de l’Institut Confucius/Hanban national. Durant ce camp d’été de quatre jours, ils ont conjointement participé à des tâches de recherche culturelle, ont pu ressentir tout le charme de la culture chinoise et ont construit un pont de l’amitié entre les jeunes de Chine et d’Afrique.

Parlant de ses impressions de la Chine, Ming Xu, qui est venu en Chine pour la première fois, a déclaré : « Le chemin de fer Abuja-Kaduna est très célèbre au Nigéria. La Chine nous a aidé à promouvoir la construction d’infrastructures, changeant le visage des villes nigérianes ».

En effet, l’ouverture du chemin de fer Abuja-Kaduna a marqué la fin de l’histoire du chemin de fer non conventionnel au Nigéria. Les données montrent que les travaux de construction de la ligne ont employé au total 16 738 travailleurs locaux et créé indirectement près de 150 000 emplois locaux, ce qui a fortement stimulé le développement des industries locales du ciment, de l’acier et de l’asphalte. Après l’ouverture de la ligne, les entreprises chinoises ont également fourni une gamme complète de formations et de soutien technique pour aider le personnel local à former un grand nombre de talents nécessaires pour la gestion des activités ferroviaires.

Zhang Xian, le doyen chinois de l’Institut Confucius de l’Université du Rwanda et qui a participé à ce camp d’été, a également profondément ressenti l’amitié des populations locales envers la Chine : « Les jeunes m’ont dit que l’aide chinoise était sans conditions et qu’elle était vraiment utile. Ils ont des sentiments profonds pour la Chine. C’est le développement rapide de la Chine qui les a incités à prêter attention à ce pays ».

« Les jeunes rwandais non seulement connaissent les films chinois, mais aussi les quatre nouvelles grandes inventions de la Chine », a ajouté Zhang Xian, qui était juste arrivé à Beijing avec plus de 20 autres campeurs pour participer à ce camp d’été et a pu faire l’expérience des vélos en libre-service. « Tous mes camarades de classes sont vraiment excités, a-t-il dit.

Dans ce camp d’été, la plupart des campeurs africains sont venus en Chine pour la première fois. Leur arrivée en Chine leur a aussi fait ouvrir les yeux en grand.

Ming Xu, photographe, espère utiliser son talent pour enregistrer la Chine telle qu’il la voit, et à peine avait-il atterri à Beijing qu’il a commencé à prendre des photos. Avant de venir, il a dit qu’il avait une certaine compréhension de la Chine. Mais après son arrivée en Chine, il a utilisé « des sentiments très différents » pour décrire son voyage en Chine. « Je pense que le rythme de la Chine est rapide, mais c’est un pays avec une longue histoire. J’ai hâte d’en apprendre davantage sur les Chinois et la culture chinoise et et j’ai vraiment hâte de parler couramment le chinois. Quand je serai rentré chez moi, je veux passer plus de temps à apprendre le chinois, et si j’ai des enfants, je les laisserai apprendre le chinois », a-t-il ajouté.

Antoine est aussi un de ses campeurs, et il a exprimé ses sentiments pour la Chine d’une manière particulière. Quand il a visité le quartier de Wudaokou, il est ainsi rentré dans une voiture de don de sang garée devant un centre commercial. « J’espère offrir de l’aide de cette façon », a-t-il déclaré.

Les campeurs africains sont principalement des étudiants des Instituts Confucius locaux, et apprendre le chinois les rend amoureux de la Chine et les rapproche de celle-ci.

Pour Li Kesi, « apprendre le chinois permet un bel avenir ». L’Institut Confucius de l’Université de Lagos, au Nigéria, n’est pas seulement un endroit où elle peut apprendre le chinois, mais qui lui offre aussi une occasion de mieux comprendre la Chine. Le charme de la culture chinoise a également incité Li Kesi à rester encore et encore en Chine. La période semestrielle depuis qu’elle a commencé à étudier le chinois en Chine en septembre dernier a pris fin. Elle a choisi de rester et de poursuivre ses études. « Je ne veux pas arrêter d’apprendre le chinois, et je veux même en savoir plus sur la culture chinoise. C’est la seule façon de comprendre la Chine ». En plus des cours réguliers, elle s’est également inscrite à un cours de Guqin. « J’espère en savoir plus sur la profonde culture chinoise dans un temps limité » a-t-elle dit.

Selon Zhang Xian, il y a actuellement environ 5 000 étudiants inscrits à l’Institut Confucius de l’Université du Rwanda. Outre le siège de l’Institut Confucius à l’Université du Rwanda, il existe aussi 13 sites d’enseignement de l’Institut Confucius au Rwanda, répartis sur des campus, des écoles secondaires locales, des entreprises et des institutions financées par la Chine.

« Il y a quelques points d’enseignement qui viennent nous voir et nous demandent d’ouvrir un cours de chinois. Tout cela est lié aux relations étroites entre l’apprentissage du chinois et l’emploi », a commenté Zhang Xian.

De son côté Yu Tianqi, secrétaire adjoint du comité du Parti du Hanban, a déclaré qu’il espérait que les campeurs de ce camp d’été sino-africain approfondiront leur compréhension de la Chine par le biais des activités et apporteront avec eux la culture de chaque pays en Chine pour renforcer la compréhension mutuelle et la communication, devenant des ambassadeurs populaires de l’amitié entre la Chine et l’Afrique.