voir Plus
    dimanche, 11 avril 2021
    32 C
    Conakry
    «Le plaisir de vous informer objectivement sans biaise ni tabou est notre crédo». YBS

    Une cheffe d’entreprise aux femmes : « prenons notre destin en main et évitons les festivités »

    A l’occasion de la journée internationale de la femme, votre site d’information est parti ce 8 mars à la rencontre de Mabéty Samoura, cette entrepreneure qui ambitionne de révolutionner l’artisanat dans la région de N’Zérékoré. Très dynamique, Mabéty Samoura est la responsable de la coopérative Yola pour la paix et l’agriculture. Depuis 7 ans, cette coopérative œuvre dans les secteurs de l’artisanat et de l’agriculture notamment dans la confection des tissus faits à l’effigie de la région, des statuettes, la saponification, la pâtisserie, la couture, la culture maraichères.

    Dans cet entretien qu’elle nous a accordé à la faveur de la célébration de la journée internationale des femmes, Mabéty Samoura nous parle de sa coopérative, sa genèse, son fonctionnement et ses domaines d’activités : « je vous remercie de m’avoir donné cette opportunité. Car en sept ans, c’est la première fois qu’un journaliste me tend un micro. C’est pourquoi je vous dis merci. La coopérative Yola œuvre aujourd’hui dans l’artisanat et l’agriculture. Dans ma coopérative j’ai à ce jour 9 personnes que je paie à la fin de chaque mois. A ceux-là s’ajoutent souvent des apprentis qui avaient perdu espoir dans leur vie que je cherche toujours à récupérer. Cette pour cette raison que j’ai aujourd’hui 13 jeunes filles et femmes évoluant dans la saponification ; 19 dans la couture ; 12 dans la pâtisserie ; 5 dans la fabrication des objets d’art. Ce qui fait un total de 49 personnes. En outre, il y a 14 autres femmes qui évoluent dans les jardins potagers à travers les différents bas-fonds de la commune urbaine. J’arrive à payer ces 9 personnes à partir des recettes internes que nous obtenons à travers la vente de nos productions. »

    Difficultés

     En ce qui concerne les difficultés que nous rencontrées, notre interlocutrice souligne qu’elles sont d’ordre économique. Pour elle, ces difficultés sont accentuées avec les crises sanitaires qui ont provoqué une chute drastique de ses chiffres d’affaires. « Avant, on pouvait générer entre 500 à 700 mille par jour. Mais actuellement, ce chiffre varie entre 150 à 300 mille. Mais cela ne nous décourage pas. Pour preuve, le personnel est toujours maintenu et nous continuons à recevoir d’autres apprenants », a-t-elle confié.

    Message aux femmes à l’occasion de la célébration du 8 mars

    « Je demande à toutes les femmes de prendre leur destin en main. D’éviter de consacrer leur temps à des cérémonies de réjouissance qui ne nous apportent rien. En plus j’invite les autorités et institutions de faire face aux bonnes initiatives et à la promotion de l’auto-emploi. Car, nous les femmes, nous sommes capables. Il suffit juste de se mettre au travail »

    Faut-il noter que la coopérative Yola a consacré cette ce 8 mars à la sensibilisation des femmes pour briser la réticence liée à la vaccination contre le virus Ebola dont N’Zérékoré est le nouvel épicentre.

    À LIRE AUSSI

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    PUBLIREPORTAGE