Une moto pour 13 agents, rupture de vaccins, le chef de la section élevage de Siguiri désarmé face à l’épidémie de fièvre aphteuse (Entretien)

juillet 12, 2018 8:05
0

« La direction de l’élevage ne dispose que d’une seule moto pour 13 agents. Il n’y à pas de vaccins… »

Dans un entretien accordé à votre quotidien électronique Guinéenews©, Dr Yomba Sanoh, directeur préfectoral de l’élevage de Siguiri parle de la propagation de la fièvre aphteuse dont est victime le cheptel bovin de la localité, revient sur les difficultés liées au déficit de  personnel vétérinaire, des moyens de travail. En outre, il revient sur le marché de bétail sous-régional qui vient d’être créé dans la zone frontalière de Kourémalé. Lisez plutôt !

Guinéenews© : La préfecture de Siguiri est frappée par l’épidémie de fièvre aphteuse bovine depuis le mois de juin 2018. Quel bilan pouvez-vous nous dresser de cette épidémie aujourd’hui?

Dr Yomba Sanoh : Cette maladie est aujourd’hui l’objet d’une véritable préoccupation. Car elle ne fait que prendre de l’essor. Au début, il y avait 4 sous-préfectures affectées. Mais actuellement, nous sommes à 6 sous-préfectures. Ce qui fait qu’à date, nos services ont enregistré 522 cas dont 41 morts sur 3527 animaux sensibles. Si rien n’est fait, ces cas sensibles peuvent contractés la maladie qui est contagieuse. Et il y’a des foyers qui continuent à être touchés.

Guinéenews© : Quelle est la véritable cause de la propagation de cette épidémie à Siguiri ?

Dr Yomba Sanoh : La divagation est la cause essentielle de cette maladie. Il y’a des animaux à Siguiri qui peuvent faire 6 mois dans la nature sans que le propriétaire ne certifie son itinéraire. Alors que la contamination peut se faire autour des pâturages et des points d’eau. Avec la sécheresse qui prévaut à Siguiri et quand la pluie tombe, les animaux se retrouvent autour des quelques points d’eau qui subsistent. Et c’est à partir de là-bas que les foyers ont éclaté.

Guinéenews© : Quelles sont les difficultés auxquelles vos services sont confrontées ?

Dr Yomba Sanoh : La direction préfectorale de l’élevage de Siguiri n’a qu’une seule moto et pour toute la préfecture il y’a 13 agents. A cela s’ajoute le manque de médicament. Depuis belle lurette, nous n’avons aucun stock de vaccins ou de médicaments. Lorsqu’il y’a une épidémie de ce genre il est très difficile pour nous de l’éradiquer.

Guinéenews© : La préfecture de Siguiri est une zone frontalière et nous sommes à l’approche de la fête de Tabaski. Avez-vous déjà envisagé des dispositions pour éviter une flambée des prix du bétail ?

 Dr Yomba Sanoh : Nos partenaires Maliens ont eu l’initiative de mettre en place un marché de bétail à Kourémalé. Ce marché sera ravitaillé par le Mali en animaux gras et sains et la partie guinéenne ira faire des achats dans ce marché. Ce programme devra être opérationnel dès le 15 juillet prochain.

Entretien réalisé par Mohamed Moro Sacko