Une plantation consumée par le feu à Dubréka : la piste de l’incendie criminel privilégiée

0
778

Une plantation d’acajou de 32 hectares a été consumée ce lundi 27 janvier à Bawa dans la sous-préfecture de Khorira, relevant de la commune urbaine de Dubréka. Cette  plantation était gérée par l’ONG Partenariat des Jeunes pour le Développement Durable en Guinée- Ferme Espoir Jeunes, pilotée par Mamadou Maladho Diallo qui affirme ignorer l’origine de l’incendie.

Il n’épargne tout de même pas une piste criminelle.

« Je ne saurais vous décrire réellement les circonstances de l’incendie. Ce que je sais, c’est le lundi passé aux environs de 13 heures que des personnes mal intentionnées ont mis le feu à la plantation et les 32 hectares ont été tous consumés, il ne nous reste plus rien, il n’y a que de la cendre et du feu », décrit-il au micro de notre reporter.

M.Diallo pense que cet incendie est d’origine criminelle,  parce que, relève-t-il, « il y a un pare-feu qui entoure le domaine. C’est  s’il n’y avait pas un pare-feu, qu’on pouvait parler de feu de brousse, mais mieux que ça, il y a une ceinture de sécurité de 10 m bien nettoyé et entretenu qui protège le domaine. Donc on ne peut que songer à une piste criminelle », indique Mamadou Maladho Diallo.

Outre l’acajou qui occupait la plus grande partie de la plantation,  ils avaient cultivé vers la vallée de l’aubergine  et du poivron.

 » C’est tout ça qui est parti en fumée « . M. Diallo n’a aucune idée du montant investi dans ce vaste domaine.

« Imaginez, c’est plus de 10 ans d’investissement, de travail qui a été mis en cendre. Cette plantation existe depuis 2000. Nous avons commencé à l’exploiter depuis 2010, donc voyez-vous, ce sont des milliards qui sont partis en fumée. C’est un investissement colossal qui est disparaît de cette façon », regrette M. Diallo.

Selon lui, une trentaine de jeunes travaillaient dans cette plantation. Parmi eux,  il y avait des migrants retournés que son ONG a décidé d’accompagner. Et pendant la récolte, c’est tout le village de Bawa qui vient ramasser. C’est tout ce monde-là qui est affecté », fait-il savoir.

Affecté mais très pondéré, Mamadou Maladho Diallo dit être dépassé par cet acte.

 » Je n’ai pas de mot pour qualifier ce qui s’est passé. C’est cruel, c’est cruel ».

Pourtant, poursuit-il, « je n’ai jamais eu d’antécédents avec quelqu’un qui pourrait commettre cet acte. Nous estimons être d’accord avec tout le monde bien qu’en 2018, nous avons été attaqués mais les dégâts étaient gérables ».

Il regrette toutefois le fait qu’aucune autorité au niveau locale ne soit allée les voir pour compatir.  Ce que M. Diallo trouve « scandaleux « .

Mamadou Maladho Diallo compte néanmoins porter plainte contre X après le passage de l’huissier qui était sur place pour constater les faits.

Il serait judicieux que les autorités à tous les niveaux se lèvent pour faire la lumière sur cette affaire où des jeunes ambitieux et courageux ont mis tous leurs efforts pour combattre la pauvreté. Cet autre crime, s’il reste impuni, pourrait décourager plus d’un à investir dans le pays.