Usine ODAHV : le cri du cœur des travailleurs au ministre Tibou, 50 jours après l’explosion mortelle

0
1352

Le 12 décembre 2018, une explosion dans une usine de fabrique de fer à béton, ODHAV Multi Industrie, a fait deux victimes et plusieurs blessés. Ce mercredi 30 janvier 2019, le ministre de l’Industrie, des Petites et Moyennes Entreprises (PME), s’est enfin rendu sur les lieux, au quartier Kembou, dans la préfecture de Dubréka.

Dans des propos, relayés par nos confrères de la radio Espace FM, le ministre Tibou Kamara a décliné l’objectif de cette visite : « ODHAV, ces derniers temps, a défrayé la chronique. D’abord pour l’accident qui s’est produit et pour les remous avec la direction liés à certaines revendications des travailleurs de l’usine. Il était donc important, en tant que ministre, de venir vous rencontrer, en savoir davantage. »

Abdoul Kader Camara, porte-parole des travailleurs, a fait savoir qu’ils sont vraiment exploités par l’usine ODHAV Multi Industrie appartenant des Indiens : « Le combat majeur que nous sommes en train de mener, c’est celui contre la sous-traitance. L’argent qu’on nous donne pour  les 12 heures [de travail]… Certains sont payés à 35 mille, 50 mille GNF. Le plus payé a 60 mille GNF. Donc, aucune condition n’est remplie. »

Reprenant la parole, le ministre de l’Industrie et des PME a promis d’échanger avec la direction d’ODHAV Multi Industrie sur cette situation : « je commence par dire que le ministère, à travers les cadres et moi-même, va rencontrer la direction pour s’accorder sur la plateforme de discussions et également la qualité des partenaires. Pour ce qui est de la sous-traitance, je partage votre avis. Je pense qu’une solution sera trouvée. »

Revenant sur le cas de l’explosion au sein de l’usine, le ministre n’a pas parlé de sanctions ou de poursuites judiciaires contre les responsables de l’usine. Il a  plutôt promis d’aider les familles éplorées : « pour ce qui est de l’accident, dès le lendemain, nous avons dépêché une mission pour nous enquérir de la situation réelle et le rapport nous a été donné précisant aussi bien les causes, les circonstances de l’accident, mais surtout les recommandations. Selon le rapport, il y a eu deux victimes et de nombreux blessés. Nous présentons nos condoléances, au nom du chef de l’Etat, aux familles éplorées. Nous ferons en sorte que ces familles éplorées, dans ces moments de difficultés et de douleurs, ne se sentent  pas seules. L’Etat sera à leur côté pour s’assurer d’un traitement digne de l’épreuve qu’elles traversent.»