Vaccination contre la polio, Mariama Kaba déterminée à faire vacciner son enfant

0
433

Comme d’autres femmes venues nombreuses à cette occasion, Mariame ne partira pas sans que sa fille ait reçu les gouttes de vaccin, seules garanties à ce jour, pour la préserver de la poliomyélite.

Mariame a 21 ans, et est mère de 3 enfants âgés respectivement de 4 ans, 1 an 5 mois et 7 jours. L’on se rappelle souvent des détails du jour de notre mariage, pour sa part, Mariame n’en garde pas grand souvenir. Elle ne se souvient pas de l’âge qu’elle avait quand sa famille l’a mariée à un jeune commerçant. En revanche, elle se souvient avoir fréquenté l’école franco-arabe et surtout qu’elle avait beaucoup de plaisir à s’y rendre.

Aujourd’hui, elle exerce le métier de couturière, les efforts fournis après l’école ont porté leurs fruits. En effet, après les cours, elle courait dans un atelier de couture de son quartier pour apprendre à coudre et c’est seulement après qu’elle rentrait à la maison.

La salle d'attente du centre de santé de Salamani
UNICEF Guinee/F.Tandiang
La salle d’attente du centre de santé de Salamani

En ce premier octobre, date de lancement de la campagne polio au centre de santé de Salamani, Mariame est assise dans la salle d’attente et attend patiemment son tour « C’est pour son bien-être. Mes deux autres enfants ont été complétements vaccinés avant l’âge d’un an et je vais faire de même pour Aissatou », précise-t-elle déterminée.

Mariame est très au fait du calendrier vaccinal pour les enfants, car depuis sa première grossesse, elle fréquente régulièrement le centre de santé. C’est ainsi qu’elle a été informée de l’importance de se faire vacciner elle-même pendant sa grossesse ainsi que son futur bébé. « J’ai remarqué que mes deux premiers enfants tombent rarement malades, c’est pourquoi à chaque fois que je vais faire vacciner mes enfants, je le fais savoir autour de moi pour sensibiliser » ajoute-t-elle.

Mariame nous avoue qu’il y a pourtant des femmes qui refusent de faire vacciner leurs enfants, c’est pourquoi ça lui fend le cœur de voir des enfants handicapés victimes de la polio « et c’est malheureux, car d’après les informations que j’ai, l’on ne peut plus rien faire pour ces enfants » conclue-t-elle non sans une petite lueur de tristesse.

Mariame Kaba et ses enfants
UNICEF Guinee/F.Tandiang
Mariame Kaba et ses enfants dans la salle d’attente du centre de santé de Salamani

En Guinée, malgré la COVID-19, les activités de surveillance de la poliomyélite se sont poursuivies sur le terrain. C’est ainsi que les 22, 24 juillet et le 22 septembre 2020, le pays a fait face à une propagation croissante de poliovirus circulant dérivé d’une souche vaccinale de type 2 (PVDVc2). 18 cas au total de poliovirus de type vaccinal circulant, ont été rapportés dans les régions de Kankan, Faranah et Nzérékoré.

Pourtant, le 25 aout 2020 a été célébrée l’éradication du Poliovirus sauvage dans la Région africaine de l’OMS. Malgré cela, d’autres formes de poliovirus tout aussi néfastes à la santé des enfants apparaissent lorsque beaucoup d’enfants parmi les enfants de moins de 05 ans ne sont pas correctement vaccinés au cours des services de vaccination de routine et des différentes campagnes.

La seule solution pour éliminer définitivement le poliovirus de la Guinée est de vacciner tous les enfants de moins de 05 ans sans exception au cours des campagnes et d’amener les enfants de moins d’une année au centre de santé pour leur vaccination complète avant leur premier anniversaire. Pour cela, UNICEF ne ménage aucun effort auprès du gouvernement et d’autres partenaires afin que chaque enfant de la Guinée soit complètement vacciné.