Véhicule de Dalein endommagé par la police: le général Bafoe met au défi d’en apporter la preuve

février 19, 2019 3:26

«Je voudrais qu’il sache que les véhicules ‘’Mambas’’ sont lourds et blindés. S’ils montent sur son véhicule, ils le broient. Si c’est devant, son moteur sera complètement hors service…»

 Comme nous vous l’annoncions, le Directeur général de la Police, le Contrôleur général Ansoumane Camara, alias ‘’Bafoe’’, dans une interview qu’il a exclusivement accordée à Guinéenews, est largement revenu non seulement sur les incidents survenus samedi dernier lors de l’arrivée du chef de file de l’opposition, Cellou Dalein Diallo, mais aussi sur la manière dont le dispositif sécuritaire a été déployé. Lisez !

Guinéenews : expliquez à nos lecteurs, comment les incidents sont survenus le samedi dernier lors de l’arrivée du chef de file de l’opposition, Cellou Dalein Diallo, à Conakry ?

Contrôleur général Ansoumane Camara : (rire) En réalité, rien ne s’est passé d’anormal le jour de l’arrivée du chef de file de l’opposition. D’ailleurs ce jour-là, il était question d’assurer la sécurité de nos hôtes, notamment les deux anciens présidents français et sénégalais. Je précise que la veille, le président François Hollande qui était déjà là, faisait des déplacements au cours desquels il fallait assurer sa sécurité au niveau des carrefours tout comme dans les intersections et ses itinéraires. Dans l’après-midi, le président Me Abdoulaye Wade aussi a atterri à Conakry après que le chef de file de l’opposition soit arrivé depuis 9 heures du matin. Les militants de Cellou Dalein Diallo lui avaient gardé des slogans et des mouvements bien planifiés. Ils ont voulu d’abord accueillir leur leader à l’Aéroport en cortège avant de l’accompagner en fanfare jusqu’au siège du parti. Un mouvement qui n’était pas autorisé par les autorités civiles. Alors, il était question que les militants de l’UFDG attendent au siège du parti pour le meeting.  Nous avons empêché les militants de se regrouper à l’Aéroport. Cellou Dalein Diallo a pris son véhicule pour le rond-point de Bambéto où il a perdu assez de temps. Sa stratégie, quand il bouge lentement et à pas de caméléon, des fois, il s’arrête même pour permettre à ses militants de se mobiliser afin  qu’il soit cortégé. Ce samedi, il n’a pas réussi à mobiliser de Bambéto jusqu’à Hamdallaye Pharmacie. C’est à Gnariwada qu’il a fait  une escale et un peu après, une partie de sa section motard s’est déplacée pour le rejoindre, pendant qu’il ralentissait sur son trajet. Et comme lui-même a témoigné, il y a avait des mineurs qui étaient venus l’accompagner et qui n’avaient rien à voir avec une formation politique. C’est pourquoi, nous avons mis quelques agents de maintien d’ordre sur les PA (Point d’appui), parce que pendant la journée, les militaires rangent leurs armes et rentrent sous les tentes. Ils n’ont rien à avoir avec le maintien d’ordre pendant la journée. Ils ne sont pas spécialistes de mouvement de foule. Le problème est que ses militants qui ont quitté le siège et d’autres qui quittaient de l’autre côté, se sont rencontrés. Et il y a eu échauffourées entre les deux groupes. La police est venue tomber sur cette anarchie qui a suscité leur intervention pour disperser la foule. C’est ce mouvement qui a continué jusqu’à Hamdallaye Pharmacie où les agents de maintien d’ordre ont dispersé à nouveau les motards pour dire qu’il n’y a pas de cortège. Il faut signaler que derrière le véhicule de Cellou Dalein Diallo, il y avait d’autres. Comme son véhicule ne bougeait pas, les jeunes militants ont commencé à lancer des cailloux. Pour protéger les PA, les policiers ont répliqué. Il y a eu  une charge devant tout comme derrière. C’est dans ce mouvement  que les véhicules se sont cognés entre eux. Si Cellou Dalein Diallo est descendu dans son véhicule pour marcher et aller chez lui, c’est parce qu’il n’était pas loin de chez lui. Ce qui me fait parler d’ailleurs, c’est qu’il a déclaré que ce sont des véhicules ‘’Mamba’’ qui sont venus percuter son véhicule, devant comme arrière. Je voudrais qu’il sache que les véhicules ‘’Mambas’’ sont lourds et blindés. S’ils montent sur son véhicule, ils le broient. Si c’est devant, son moteur sera complètement hors service. Mais curieusement, son véhicule est rentré à la maison sans être remorqué. Qu’il prouve avec des images, comme c’était la journée, que ce sont nos véhicules qui ont cogné le sien. Je réplique que ce n’est pas nous, tous nos véhicules sont là. Que des gens viennent voir s’ils sont impactés. Je n’ai pas voulu parler, mais comme le député Cellou Dalein Daillo est une haute personnalité et qui ne cesse de pointer un doigt accusateur sur ma personne que je suis le principal ordonnateur. Je veux lui faire savoir que je ne suis pas le Directeur Central des CMIS, je suis le Directeur général de la Police, on me rend compte.  Tout mon conseil à mes hommes, c’est de protéger la personne du chef de file de l’opposition. Il a été une haute personnalité en occupant le poste du Premier ministre. Il est aujourd’hui encore député de la République doublé du chef de file de l’opposition.

Guinéeews : le chef de file de l’opposition affirme que  vous auriez reçu un ordre de la part du président de la République ?

Contrôleur général Ansoumane Camara : je voudrais dire que Son Excellence, Pr. Alpha Condé, est le chef suprême de l’Armée, mais en maintien d’ordre, ce n’est pas lui mon interlocuteur direct. C’est plutôt les autorités locales que sont les maires (…). Il y a une loi qui règlemente le maintien d’ordre en Guinée qui a été votée par les députés à l’Assemblée nationale, y compris El hadj Cellou Dalein Diallo. Si quelqu’un m’a ordonné d’agir pour disperser la foule dans une manifestation non autorisée, c’est bien monsieur Cellou Dalein Diallo parce qu’il est député et ce sont eux qui ont voté cette loi. C’est cette loi L09 qui dit que si la police est saisie par une autorité locale pour empêcher une manifestation non autorisée, elle doit agir. Cette loi L09 ne vient nullement du chef de l’Etat. Si j’ai attaqué, c’est sur instruction du chef de file de l’opposition, parce qu’on ne peut pas voter une loi et être contre. Cellou Dalein Diallo a quitté l’Aéroport jusqu’à Bambéto, il n’avait pas plus de deux véhicules après lui. Quand  ses militants ont compris qu’il rentrait timidement, c’est pourquoi ils sont venus l’intercepter pour le faire rentrer en fanfare. Et c’est là il y a eu altercation entre militants ; ce qui a nécessité l’intervention de la police. Les riverains de Bambéto jusqu’à Hamdallaye peuvent témoigner. Quand le chef de file de l’opposition venait, il a provoqué un bouchon indescriptible, toute la circulation a été bloquée parce qu’il marchait à pas de caméléon. Personne d’entre eux n’a haussé le ton pour lui dire de faire un peu vite car, ce sont des populations qui souffraient. Personne ne m’a autorisé de disperser la foule le samedi, ce sont les députés guinéens, y compris l’honorable Cellou Dalein Diallo à travers la loi L09 qu’ils ont votée, qui m’a permis d’instruire à mes hommes de disperser tout regroupement non autorisé. Qu’il prouve où mes véhicules ont tapé le sien.

Une interview réalisée par Sékou Sanoh pour Guinéenews      

Lire vidéo: