Vente interdite de carburant le long des rues : coucou, revoilà le phénomène !

561

La mesure prise par le département de la sécurité pour mettre fin à cette situation n’a pas fait long feu. Malgré son bien-fondé, largement avéré, elle est déjà violée par des irréductibles qui ne semblent pas prêts au changement prescrit. L’invite à se reconvertir qui leur est faite ne les agrée point. Du moins, pour l’instant. Leur velléité à replonger dans cette aventure à risques, désormais illicite, le prouve aisément. Il est loisible de s’en convaincre, au regard de la réalité lisible sur le terrain, depuis quelque temps. Certains affirment même que jamais, ce mode de vente ne s’est entièrement arrêté.

D’après eux, dès lors que la mesure a été édictée, ses adeptes invétérés ont tout simplement opté pour un repli tactique. Ils ont plongé dans la clandestinité, ne fournissant plus que leurs familiers et anciens clients.

Sans doute que le viol de cette disposition règlementaire ne s’est pas encore généralisé. On est loin d’être revenu à son niveau d’avant interdiction. Mais, les signes avant-coureurs de sa réapparition larvée sont là qui ne trompent guère le regard averti. On perçoit les prémices annonciatrices lovées dans un modus operandi encore furtif et feutré. Tout est fait pour ne pas attirer l’attention : pas de grande table avec un attirail de bidons et raccords. Juste un tabouret avec une ou deux bouteilles. Ce qui suffit comme mot de passe, pour alerter le client initié.

C’est à se demander si l’on attendra encore que le phénomène se reconstitue pour voir les autorités réagir. Ce qui serait fort dommageable, puisque attestant du coup, la thèse du « feu de paille » largement partagée par une certaine opinion qui soutient que les mesures prises par l’administration ne connaissent jamais, ou que très peu, d’aboutissement probant.

On entend souvent dire, après qu’une disposition devant s’appliquer à tous, soit prise : « ah ! Restez tranquilles, ça va passer. C’est l’affaire de trois jours. C’est encore la même série de ‘’feux de paille’’ que l’on nous sert ! »

Pour la petite histoire, notons que ce n’est pas la première fois que nos autorités ont conclu à la dangerosité de cette pratique. Elles ont, à chaque fois, réagi comme il faut, en l’interdisant. Malgré les effets collatéraux qui impactent les acteurs concernés et leurs adeptes.

Dans les années 1990, le même phénomène a fait son apparition chez nous. Au regard des conséquences qui en découlent inévitablement et qui lui ont été rapportées, le ministre de la sécurité d’alors, feu Alsény René Gomez, l’a interdit, d’emblée.

Mais, ça a été comme dans l’hydre de Lerne de la mythologie grecque qui décrit ce serpent dont chacune des sept têtes repoussait inexorablement, aussitôt tranchée. Il a fallu Hercule pour en finir définitivement, en les coupant toutes, d’un coup.

Ainsi donc, ledit phénomène que l’on a cru à jamais révolu, a refait surface à nouveau dans notre pays, comme si de rien n’était.

Voilà que le ministre Albert Damantang hérite du même sujet, plus de deux décennies après. Et le sacro-saint principe de la continuité de l’administration fait qu’il prend à son tour, les   mêmes dispositions. Il interdit d’office l’activité à risques, convaincu qu’il est de faire, non pas ce qui plaît à quelques-uns, mais ce qui est utile à l’ensemble.

Comme Hercule, participons tous à pérenniser cette orientation, dont l’utilité s’avère indiscutable.

Comme par analogie avec le slogan sur les produits pharmaceutiques qui nous interdit de nous approvisionner chez les ‘’pharmaciens par terre’’, nous devons éviter d’acheter du carburant sur le bord de la route.

Rien de plus facile, pour peu que l’on veuille bien se planifier, un tant soit peu. Surtout que maintenant, l’approvisionnement en hydrocarbures ne pose plus de problèmes. Personne n’a intérêt à en stocker, comme si on était en période de crises récurrentes.

De même, la distribution s’est nettement améliorée avec l’implantation de nombreuses stations-services dans tout le pays.

Nous gagnerons assurément à nous inscrire dans cette dynamique porteuse de sécurité renforcée pour tous !

Facebook Comments