Vie politique : les opposants accusent le pouvoir de violation de la Constitution

août 4, 2018 12:44
0

Au sortir de leur plénière qui a regroupé les leaders de l’opposition républicaine le vendredi 3 août au QG de l’UFDG, le président du Bloc Libéral, Dr Faya Millimono, en sa qualité de porte-parole du groupe, a dénoncé la violation de la loi par le pouvoir et fustigé le retard accusé dans la mise en place de la Haute Cour de Justice.

Par la voix du président du BL, les opposants accusent le pouvoir de vouloir « confisquer la liberté des Guinéens en violation de l’article 10 de la constitution ». C’est la constitution qui consacre les libertés et l’exercice est encadré par le code pénal, a rappelé Dr Faya qui  a affirmé que le ministre de l’Administration du Territoire s’est inspiré des communiqués du gouverneur de la ville de Conakry qui « violent complètement la loi » pour envoyer une circulaire interdisant toute manifestation dans le pays jusqu’à nouvel ordre.

« Le président Alpha Condé a juré de respecter et de faire respecter la constitution mais aujourd’hui, c’est son gouvernement qui viole cette même constitution. Si la Haute Cour de Justice était sur place, le président aurait pu être poursuivi pour violation de la loi’’, a-t-il indiqué.

A travers donc leurs manifestations du 9 août prochain, l’opposition compte exprimer son indignation face au comportement du gouvernement Kassory Fofana.