«Ville morte» sur Le Prince: quand certains citoyens sont obligés de payer les frais de l’incivisme d’autres

octobre 16, 2018 4:46
0

Les automobilistes qui doivent emprunter les rues de Soloprimo, secteur de Koloma, doivent s’apprêter à dégager forcément les routes jonchées de cailloux, de troncs d’arbres et de poubelles. Les jeunes de Koloma pourchassés par les forces de maintien d’ordre sur la route Le Prince, se sont refugiés dans les quartiers où ils barricadent de nouveau les routes.

Excédés de dégager la chaussée, les agents des forces de l’ordre, des gendarmes notamment, intiment aux passagers des véhicules qui cherchent à se frayer un chemin, de descendre de leurs véhicules et de dégager les barricades. Mais le hic, quand les agents rencontrent des jeunes gens dans le véhicule en question, ils les dépouillent et les bastonnent, a constaté Guinéenews sur place.

Ayant aperçu un pickup de la gendarmerie, un chauffeur de taxi a voulu rebrousser chemin. Mais il a été encouragé par les gendarmes qui lui montraient le bon chemin. Arrivée à leur hauteur, à sa grande surprise, il a été obligé de descendre ainsi que tous les passagers à bord. Les deux femmes qui s’y trouvaient n’ont pas été inquiétées, mais les deux jeunes passagers ont, quant à eux, séjourné un moment dans leur pickup avant d’être relâchés sans leurs téléphones.

A noter que depuis 14 heures, il y a une sorte de « trêve » qui règne dans la zone entre les forces de maintien d’ordre et les jeunes. Les piétons et les motards commencent à circuler sans peur de recevoir des cailloux ou du gaz lacrymogène qui ont dû pleuvoir toute la matinée jusqu’à la mi-journée.  Une pause pour recharger les ‘’batteries’’, affirment certains observateurs.