Vin blanc : au delà d’une simple boisson, une valeur sociale dans les communautés forestières (Reportage)

0
781

Le Blanco ou le vin blanc est une boisson produite à partir du raphia ou du palmier. Ce vin traditionnel, est considéré comme un symbole d’hospitalité dans les communautés forestières.  C’est aussi un moyen de renforcement des liens sociaux selon ses consommateurs qui  trouvent du plaisir en se retrouvant chaque soir dans les cabarets  pour se partager des pots.

En effet, en région forestière et plus précisément à N’Zérékoré, chef-lieu de la région, nombreux sont ceux qui aiment consommer le vin blanc communément appelé ‘’Bandji’’ ou ‘’Touguiyé’’ en langues nationales. Dans les débits de ce bandji, l’on y rencontre toutes les tranches d’âge.  Chaque soir, les consommateurs s’y retrouvent pour se partager des pots. C’est le cas au quartier Nakoyapkala où nous nous sommes rendus pour constater la réalité.

Rencontré sur place, un jeune consommateur explique les raisons qui le poussent à consommer le ‘’blanco’’ en groupe : «Ce sont nos parents et arrières-grands parents qui en consommaient et toujours en groupe. C’est ce que nous suivons nous aussi. Ils appelaient leurs amis pour partager ensemble les pots. Ce n’est pas la boisson  qu’ils regardaient  mais la causerie qu’elle provoque autour. C’est un moyen de renforcement d’amitié ».

Et à Richard, un autre consommateur de renchérir : « moi, je préfère prendre le blanco dans les cabarets que de rester seul à la maison. Parce que c’est un lieu de retrouvaille. Quand tu viens ici, tu peux rencontrer tes anciens amis que tu as perdus de vue pendant longtemps. Tu peux aussi faire la connaissance de nouvelles personnes ».

Oumar, commerçant, quant à lui, affirme : « chaque jour, je viens ici pour boire à cause d’un ami qui m’a amené dans cet endroit. Donc, avant de rentrer à la maison, je viens me recréer ici avec les amis. Ma motivation est que le vin blanc est moins nuisible pour la santé par rapport à certaines boissons dont l’abus affecte dangereusement la santé. Le blanco est donc moins cher et moins dangereux pour notre santé. Quand je bois, je me sens à l’aise ».

Un remède qui traite certaines pathologies

Pour d’autres, le vin blanc permet de guérir certaines pathologies.

« Le vin blanc est un médicament traditionnel. Il guérit plusieurs maladies. Moi, j’aime le prendre dans les lieux publics. Parce que quand je suis avec les amis, je me sens à l’aise. Quand je prends pour envoyer à la maison, je me sens isolé », nous a confiés Francis IB Bolamou, enseignant chercheur.

Un symbole d’hospitalité chez certain peuple

En plus de ces facteurs, le vin blanc symbolisait avant l’hospitalité dans certaines communautés en région forestière. Il est utilisé dans les cérémonies et  pour accueillir des étrangers, nous indique le doyen, Patrice Kpogomou…

« Le vin blanc est un symbole dans nos traditions. Quand un étranger vient chez toi, tu lui donnes d’abord de l’eau pure accompagnée du vin blanc. Ça c’est un signe d’hospitalité et d’honneur pour montrer à l’étranger qu’il est chez lui. Le blanco est aussi utilisé dans toutes nos cérémonies », a-t-il témoigné.

La raison de la présence de plusieurs personnes dans les cabarets est que le prix est abordable. Le pot est vendu entre 3 000 et 5 000 GNF alors que dans les bars et maquis, les boissons industrielles sont vendues à partir de 10 000 GNF.

En dépit donc de son rôle social, le vin blanc est devenu, en outre, une source de revenue pour plusieurs personnes. Il ya aujourd’hui plusieurs personnes qui gagnent leur pain à travers la vente de ce produit.

Attention, le vin peut être aussi source de maladies !

Cependant, force est de reconnaitre que la consommation de cette boisson ne reste pas sans conséquence comme l’explique le docteur Mohamed Fanta Sylla de l’hôpital régional de N’Zérékoré. Selon lui, le vin blanc provoque chez l’homme certaines maladies notamment, l’encéphalopathie « car l’organisme produit sa propre dose ».

« Le vin est rempli d’éléments qui détruisent  les vitamines du groupe B et le système nerveux. Ainsi, le consommateur est atteint de la maladie neurologique appelée encéphalopathie qui est due à une carence en vitamine B. Les manifestations sont diverses… telles que des lésions du cerveau, des ventricules et quand le cerveau est touché on perd son contrôle », dit-il.

Et de conclure : « A la longue, le consommateur à des troubles, le manque de jugement de soi et de confiance. Ainsi, ça pousse le toxicomane qui n’est plus maître de lui de passer à un acte sans réfléchir. Parce qu’il ne peut plus distinguer le bon du mauvais.»