voir Plus
    vendredi, 16 avril 2021
    27 C
    Conakry
    «Le plaisir de vous informer objectivement sans biaise ni tabou est notre crédo». YBS

    Viol collectif à Labé: deux agents en uniforme mis en cause

    Cet autre crime impliquant deux hommes en tenue (un militaire et un gendarme) tous en service dans la région administrative de Labé s’est produit dans la nuit du lundi à mardi 11 juin aux abords de l’aéroport de Labé. A en croire la victime, c’est un nommé Mohamed Camara (militaire) et un gendarme qu’elle n’a pu identifier qui l’ont kidnappé avant d’elle.

    Sous le couvert de l’anonymat, la victime témoigne : « c’est un jeune en service au camp El Hadj Oumar Tall nommé Mohamed Camara qui est venu me trouver assise à N’Djolou. Il m’a dit de venir parce qu’il y a un différend entre lui et l’un de mes copains contre qui il avait porté plainte… Il m’a donc dit qu’il est à la recherche de celui-ci. C’est ainsi qu’il m’a enlevé et a menacé de me retenir jusqu’à ce qu’il trouve mon copain. Après il a dit que son ami travaille à l’escadron… et qu’en conséquence, il va me transférer à l’escadron. C’est ainsi qu’il a appelé cet ami et ils m’ont embarqué. Mais arrivé au rond-point de Tinkisso, ils ont pris la route de l’aéroport. Ils m’ont conduit au fond de la piste d’atterrissage. J’ai demandé au taxi-motard de me venir en aide en appelant au secours. C’est dans ces cris qu’ils m’ont battu et m’ont arraché mes tresses avant de violer à deux. En plus, ils ont pris mon sac qui contenait une montre de couleur rouge, un pagne et 382 500 GNF. »

    Pour recouper, la rédaction locale de Guinéenews basée à Labé a pris contact avec Colonel Samoura, le commissaire de la police militaire de Labé. Celui-ci nous a fait comprendre que ce nommé Mohamed Camara est en prison depuis le dimanche dernier : « et si on nous dit que Mohamed a violé une fille le lundi, je n’arrive pas à le réaliser. Mais Mohamed est en prison depuis le dimanche et il n’y a pas de sortie à part la rentrée principale qui est surveillée par un garde. Si on dit que quelqu’un peut sortir, peut-être en diable, je ne sais pas… »

    Et toutes nos tentatives d’avoir le commandant de la deuxième région militaire de Labé jusqu’au moment où nous mettons en ligne cette dépêche, sont restées vaines.

     

    À LIRE AUSSI

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    PUBLIREPORTAGE