Viol sur mineur à Conakry : une fillette de six ans déflorée par un homme d’une trentaine d’années

0
432

Une fillette de six ans a été victime de viol de la part d’un homme d’une trentaine d’années à Bonfi, dans la commune de Matam. Joint au téléphone ce lundi 16 novembre, le père de la victime Aboubacar Sylla ne sait plus quoi faire. Il affirme qu’il partage son temps entre l’hôpital et la Gendarmerie.

«Depuis que l’acte s’est produit, je ne comprends rien, partout où je vais, on me demande de l’argent. Depuis ce matin, je suis à l’hôpital où on me parle de Médecin Sans Frontière (MSF)», a-t-il déploré, avant d’ajouter qu’à l’hôpital Donka, il aurait payé de l’argent, tout comme au Centre Médical Communal (CMC) de Coléah.

Depuis l’acte, M. Sylla est également persécuté par ses concessionnaires.  «C’est chez l’auteur du viol de ma fille que nous sommes logés. Tous les enfants l’appellent papa mais, il se trouve que, c’est lui qui doigte nos fillettes, c’est un habitué des faits. J’avais une fille vacancière chez moi l’année dernière, c’est le cri de cette dernière qui a alerté la maman du monsieur. Quand elle a su, elle lui a administré une gifle avant de le gronder. A l’époque, nous n’avions rien compris de tout cela. C’est après six mois que ma femme a été informée par les voisins. Quand j’ai voulu porter plainte, il y a des gens qui m’ont prié y compris ma femme. J’ai dit ce jour que c’est un récidiviste et qu’il pourrait faire ce même acte à nos filles. Un jour, je l’ai aperçu avec ma fille dans une vieille voiture abandonnée. Quand je lui ai demandé, il m’a répondu qu’il la révisait. J’ai dit encore ce jour, de ne plus faire réviser ma fille. Très fâché, je l’ai menacé d’une  plainte contre lui», a-t-il rappelé. 

Et de poursuivre : « jeudi passé, c’est ma femme qui est venue me voir dans mon lieu de travail en larme. Elle m’a dit qu’elle a vu ma fille Aïcha rentrer dans la chambre de ‘’Général’’. Qu’elle a tout fait, ce dernier n’a pas accepté d’ouvrir la porte. Quand elle a forcé, elle a vu ma fille porter son slip. De discussion en discussion, le sieur a menacé ma femme qu’il va la poignarder accompagner de grossièreté. Soudain, toute sa famille s’est levée contre ma femme. Ils ont battu ma femme jusqu’à dans mon salon. Quand je suis venu, ils m’ont insulté à plusieurs reprises. Cela fait 12 ans que je suis dans cette concession. Je suis le plus vieux des locataires. Dans le brouhaha, ils m’ont demandé d’exhiber la preuve du viol sinon, qu’ils vont me conduire devant les autorités. C’est ainsi que j’ai pris ma fille pour aller à la Gendarmerie de Belle-Vue. Ceux-ci m’ont donné un papier pour l’hôpital Donka. Après l’examen, le médecin légiste a déclaré que ma fille a été déflorée il y a longtemps. Immédiatement, la Gendarmerie a mis un véhicule à ma disposition pour venir arrêter le sieur en question… ».