Violences à Conakry et à l’intérieur du pays : l’avertissement solennel du gouvernement

0
180

 L’appel aux manifestations du Front national pour la défense de la Constitution a donné lieu à des scènes de violences tant à Conakry que dans certaines villes de l’arrière-pays. Une situation que déplore le gouvernement. Par la voix du ministre de l’Administration du territoire et de la Décentralisation, il indique que la journée du lundi 14 octobre a enregistré des dérapages.

« Malheureusement, au-delà des dérapages, nous avons enregistré des pertes en vies humaines et des blessés graves. Hospitalisés à Conakry, des gendarmes et des policiers qui étaient dans leur rôle régalien de défense de la patrie, et qui ont été pris à partie par des armes blanches, par des cailloux. (…). A l’intérieur du pays essentiellement, c’est la préfecture de Mamou qui a enregistré des faits gravissimes, dont la mort d’un gendarme par arme de chasse. Il s’agit du margis-chef Mamadou Yéro Bah de l’escadron mobile N°12 de ladite préfecture, qui était en service commandé de la défense de la patrie. Il n’était pas le seul : un second gendarme (celui-là n’est pas mort, mais il est sous soins intensifs) a été grièvement blessé donc, et se trouve présentement à l’hôpital régional de Mamou », a rapporté dans la matinée de ce mardi le général Bouréma Condé.

Selon l’officier de l’Armée, de l’huile de vidange a été déversée sur le goudron dans le quartier Loppè de la même préfecture de Mamou. « L’huile de vidange sur le goudron, allez comprendre que c’est fait à dessein pour que des dérapages de véhicules et morts d’hommes s’en suivent. Ce qui est arrivé également à Mamou, un taxi de transport en commun, en provenance de Dalaba est entré dans une flaque d’huile de vidange versée par des loubards sur le goudron. Je dis bien, c’était dans le quartier Loppè. A bord du véhicule, se trouvaient Mme Mariama Sadio Sow, Mme Hawa Bah, M. Mamadou Baïlo Barry et M. Mamadou Bobo Bah. Tous sont blessés graves et sont reçus à l’infirmerie de la Compagnie d’infanterie de Mamou. Comme vous le voyez, chers compatriotes, il s’agit là d’actes ignobles que rien ne pourrait justifier », soutient le ministre de l’Administration qui s’exprimait dans le premier bulletin d’information de la radio nationale ce matin.

Poursuivant, le général Bouréma Condé a déclaré que dans la ville de Conakry également, de Points d’appui (PA) qui assurent la sécurité le long de la route Le Prince ont été aussi attaqués et vandalisés. « Les forces de sécurité, encore une fois, ont gardé leur calme et leur sérénité », s’est-il félicité avant de lancer cet avertissement.

« Le gouvernement, en tout état de cause, informe les citoyennes et les citoyens guinéens qu’il ne serait pas éternellement admis que des gens se fassent de tels actes, de tels comportements sur les forces de l’ordre en mission républicaine. Les PA sont remis en place. Et un avertissement solennel est donné à tous et à chacun afin que les institutions de la République soient respectées. Il y va de l’intérêt de tous les Guinéens. Il y va de l’intérêt de toutes les Guinéennes », a conclu le général Bouréma Condé.