Violences à Conakry et l’audio attribué à Halimatou Dalein: voici ce qu’en pense Bantama

novembre 10, 2018 5:35
0

Au siège du RPG Arc-en-ciel ce samedi 10 novembre, l’honneur est revenu au ministre de la Culture, des Sports et du Patrimoine Historique, Sanoussy Bantama Sow de décrypter l’actualité politique de la semaine, a-t-on constaté sur place.

Selon le ministre Sow, ce qui s’est passé durant cette semaine est déplorable et, c’est une honte pour tous les Guinéens. Il a déploré le fait qu’au moment où le président de la République Alpha Condé est en train de donner l’espoir au Guinéens et aux partenaires, c’est en moment précis que d’autres Guinéens choisissent pour ‘’déstabiliser’’ le pays.

«Tous ceux qui cherchent le pourvoir, qui disent qu’ils cherchent pour le bonheur des Guinéens, dans leurs actes de tous les jours, ils cherchent à déstabiliser et à détruire le pays. S’ils  sont convaincus qu’ils gouverneront un jour, la Guinée, ils ne doivent pas détruire ce pays. Parce que s’ils le détruisent, une fois au pouvoir, ils seront obligés de le reconstruire. L’argent qu’ils prendront pour reconstruire, pourraient leur servir à réaliser autres choses», a interpellé le chef du département en charge des Sports, de la Culture et du Patrimoine Historique.

 Parlant toujours de l’actualité politique, Bantama Sow a rappelé que la presse a fait écho d’un élément audio dans lequel une femme connue de tout le monde appelait à la violence. «Pour ne pas  trop faire sa publicité… Cette dame qui aspire être la première Dame de la République avant même l’élection présidentielle et je ne sais d’où et avec quel mari, a demandé aux jeunes de rendre la vie impossible aux paisibles populations de Wanindara et d’ailleurs. Nous n’accusons nullement les citoyens de l’axe Hamdallaye-Cimenterie. Nous souhaitons qu’il n’y ait plus jamais de mort dans notre pays», a-t-il déclaré.

 Dans la même logique, Bantama Sow a rappelé qu’entre 2006 et 2007, il y a eu plus de trois cent morts surtout au niveau du pont 8 novembre suite à la mobilisation des syndicats. Malheureusement, a-t-il regretté, personne n’en parle. «On dit qu’Alpha Condé a tué 100 personnes ou 101 personnes. Ils pensent qu’un jour Alpha Condé sera devant un Tribunal ou encore devant la CPI (Cour Pénale Internationale). C’est une illusion, si Alpha Condé est convoqué, Mamadou Cellou Dalein Diallo sera la deuxième personne à répondre. Parce que toutes ces manifestations sont non-autorisées. «L’Etat peut refuser une manifestation s’il estime qu’il y a  risque. Il n’y a jamais eu une manifestation sans violences et d’ailleurs, elle devient plus violente que lorsqu’ils annoncent des journées ‘’ville morte’’», a-t-il dit.

Revenant sur l’actualité, le ministre Bantama Sow a fait savoir que le policier qui est mort sur le champ de maintien d’ordre public, est un frère à lui avant de promettre que tous les honneurs dû à son rand lui sera rendu avant son inhumation. «Sans démagogie, le policier qui a été sauvagement assassiné est un frère. Il est de Wourékaba (Mamou), nous lui rendrons tous les hommages qu’il mérite. Ceux qui ont vu cette horrible image sur les réseaux sociaux et dans la presse, peuvent témoigner», a-t-il déclaré.

Pour terminer, Bantama Sow a non seulement déploré les violences mais aussi, il a regretté que les politiciens utilisent leur ethnie. «Je démissionnerai du RPG Arc-en-ciel le jour où je me rendrai compte que le parti se bat pour la cause des malinkés (…). Il y a  individus, sans aucun programme de société, qui utilisent l’ethnie comme leur arme efficace (…). Ceux qui pensent à 2020, seul Dieu sait ce qui  peut arriver en 2020. Un commerçant qui a sa boutique ou son magasin sur l’axe Hamdallaye-Bambéto-Cosa, il paie son loyer alors qu’il n’a pas pu vendre tout le mois, pensez-vous que la manifestation est un plaisir pour lui…», s’est-il interrogé.