Violences à Labé : Les FDS sommées de quitter Gadha Pounthioun ?

0
343

A Labé, les violences entre manifestants et forces de défense et de sécurité (FDS) ont fait au moins 3 morts à Labé.

Depuis, les agents de sécurité qui sont en grand nombre dans le quartier Gadha pounthioun traversent une salle période.

Leurs concessionnaires auraient purement et simplement réclamé leurs maisons occupées par ces hommes en uniformes, a appris Guineenews.

« S’il n’y a plus de justice dans un pays, les citoyens vont se tourner vers les moyens de bord. Si les agents de sécurité ne trouvent pas mieux que de bastonner, de blesser et même tuer les manifestants, nous autres, ne trouverons pas mieux que de les chasser de nos maisons. Ceci est un droit légitime pour nous. Comme ils sont violents, ils vont s’entasser dans leur caserne »,  déclare Baldé Alpha Amadou, un citoyen du quartier Gadha Pounthioun.

Sous le sceau de l’anonymat, cet autre citoyen tente de situer le problème : « lors des manifestations, ils nous ont trouvés au niveau de ce carrefour où on avait érigé une barricade, ils étaient trois agents habillés en civile. L’un d’entre eux a sorti une arme et a tiré en l’air. Aussitôt, on s’est jeté sur lui et ils ont fait appel à un pick-up à l’escadron qui a débarqué en renfort pour semer la terreur dans le quartier », soutient cet autre.

Mais selon Mamadou Saliou Diallo, aucune consigne n’a été donnée dans le cadre de chasser les hommes en tenue du quartier : « il y a des policiers et des gendarmes qui logeaient ici à Gadha Pounthioun mais ils ont presque tous déménagé alors que dans notre secteur ici, personne n’a donné de consigne de chasser ces hommes en tenue. Maintenant je ne sais pas si ce sont les propriétaires de maisons qui leur ont demandé de quitter afin de prévenir d’éventuelles attaques de leur concession. C’est qui est clair, des rumeurs de vandalisme de maison abritant des agents de sécurité circulent ; mais officiellement personne n’a reçu la consigne de les chasser », affirme  ce responsable de secteur.

Et de poursuivre : « eu égard aux exactions et aux violences qu’ils infligent aux citoyens, il arrive à des moments où on ne peut plus contenir la colère des citoyens qui se mettent souvent en tête que s’ils attaquent les hommes en tenue dans les quartiers que ceux-ci ne vont plus se livrer à des bêtises sur le terrain », ajoute Mamadou Saliou Diallo. Une information que les services de sécurité n’ont pas voulu commenter au micro de Guinenews alors que selon nos informations les casernes sont de nos jours remplis d’agents qui n’ont plus de domicile  à Labé.