Violences à Labé : Malades et personnel soignant abandonnent l’hôpital (constat) !

0
1111

Après les violentes manifestations enregistrées dans la journée du jeudi 23 janvier 2020 et suite à l’annonce de la mort de trois personnes dont l’ambulancier de l’hôpital régional de Labé, les patients et le personnel soignant de cette structure sanitaire qui est d’ailleurs la plus grande de toute la région n’ont trouvé mieux que d’abandonner les lieux pour tenter de sauver leurs vies, a constaté sur place Guinéenews.

Ce vendredi 24 janvier 2020, l’hôpital régional de Labé est quasi désert car en dehors du directeur général, du surveillant général des urgences et environs, trois autres médecins et quelques patients, il n’y a pas l’ombre d’une âme. Ainsi, des services comme les urgences, la pédiatrie, la chirurgie, … sont totalement abandonnés, selon un constat effectué sur place par la rédaction locale de votre quotidien électronique.

Conséquences, Hadja Diaraye Diallo sexagénaire, hospitalisé à la diabétologie de l’hôpital régional de Labé a trouvé la mort quelques heures après son retour précipité en famille.

Dans un hôpital qui d’habitude refoule du monde, il n’y a à ce jour que 59 patients.

Interpellé, la plupart de ces malades nous ont fait comprendre qu’ils n’ont pas de la famille d’accueil dans la commune urbaine voilà pourquoi ils sont contraints de rester à l’hôpital.

Pour Ce qui est des morts, les trois corps sont toujours à la morgue de l’hôpital régional. Il s’agit de Diallo Alpha Oumar, chauffeur âgé de 25 ans dont le corps a été déposé aux environs de 14 heures 40 minutes, d’El hadj Mamadou Kossa Kanté (la deuxième victime) dont le corps a été récupéré difficilement et d’Al Djouma Diallo, l’ambulancier de l’hôpital régional.

Par ailleurs, il y a un total de 3 blessés par balles et 11 blessés simples enregistré à l’hôpital. Du côté des services de sécurité, un centre de soins intensifs a été mis en place dans les locaux des sapeurs pompiers de Labé.

A ce niveau, ils nous ont parlé d’un total de 35 blessés mais c’est juste deux qu’on a trouvé ce jeudi matin sur place.

Pour l’instant, un calme précaire règne dans la cité de Labé qui est complètement militarisé avec l’arrivée de plusieurs renforts en majorité des bérets-rouge dans la nuit du jeudi à ce vendredi.

Ceux-ci sont visibles sur l’ensemble des axes routiers du centre urbain et c’est toute la circulation qui reste paralysée.

A suivre !