Violences à N’Zérékoré : le FNDC dresse un bilan »provisoire » de plus de 21 morts

0
651
Cellou Dalein Diallo et Abdourahmane Sanoh lors de la conférence de presse du FNDC, à Conakry mercredi 25 mars 2020. Fidel Momou/Guinéenews.
Les leaders du Front national de défense de la construction (FNDC) ont animé un point de presse ce mercredi 25 mars, à Conakry. Deux points étaient à l’ordre du jour : la crise post-électorale et la pandémie de Covid-19.

Dans une déclaration lue par Abdourahmane Sanoh, parlant des violences qui ont marqué le double scrutin et après le vote, a dressé un bilan de 9 morts à Conakry, un à Dubréka, un à Mamou et plus de 21 morts enregistrés à N’Zérékoré à la date du mardi 24 mars à 13 heures.
Tour à tour, Dr Faya MIllimono du BL, Sidya Touré de l’UFR, Cellou Dalein Diallo de l’UFDG, Dr Ousmane Kaba du PADES et l’ancien ministre Abdoul Kabèlè Camara ont dénoncé les tueries de citoyens ayant exprimé leur opinion, des tueries qu’ils attribuent aux forces de sécurité et de défense.
Selon Dr Faya Millimono comme à Womey en 2014, ce sont plusieurs familles aujourd’hui à N’Zérékoré qui vivent en brousse à cause des exactions commises sur les populations. Les parents des personnes tuées ont été empêchés, dit-il, d’accéder à leurs corps pour un enterrement digne. Selon des informations non encore vérifiées, des corps de personnes tuées à N’Zérékoré auraient été enterrés nuitamment.
Suite à ces violences, au déroulement du vote émaillé de destructions de matériels électorales, l’absence d’observateurs internationaux, le FNDC dit ne pas être prêt à reconnaître toute institution qui sera issue des élections du 22 mars, notamment l’assemblée nationale et la nouvelle constitution.
Les leaders du Fndc ont fini par inviter la population guinéenne, en l’absence de mesures sérieuses du gouvernement, d’observer les mesures de l’OMS dans le cadre de la lutte contre la pandémie de Covid-1. Nous y reviendrons.