Violences électorales : le FNDC annonce au moins 10 morts et appelle à la mobilisation pour les 2 prochains jours

0
906

La Guinée a connu une journée électorale ce 22 mars sans précédent. Des violences ont été enregistrées à maints endroits du pays, répondant ainsi à l’appel du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC) opposé aux élections législatives et référendaires.  A la fin de la journée, les opposants au référendum ont annoncé la mort de 10 personnes. (photo d’archives)

« Alpha Condé est prêt à toutes les folies pour mourir au pouvoir, quitte à transformer son pays en un cimetière. La Guinée est meurtrie, mais elle est toujours debout. Car bien entendu, le vaillant peuple de Guinée ne s’est pas laissé faire », a d’abord indiqué le FNDC dans son communiqué avant d’affirmer que partout en Guinée, les citoyens sont sortis pour empêcher la tenue des élections : « Une fois de plus, il a démontré sa traditionnelle bravoure. Partout dans le pays, de Conakry à Nzérékoré en passant par Kindia, Mamou, Labé, Kindia, Macenta, Boké, Boffa, Forécariah et Dubréka entre autres, il est sorti dans les rues pour empêcher le coup d’État constitutionnel. »

Fidèle à sa Constitution qui lui prescrit en son article 21 la résistance à l’oppression, il s’est levé avec courage pour dire non, et mille fois non plutôt qu’une, à cette forfaiture.

Plus loin, le FNDC accuse l’armée guinéenne d’avoir tué 10 citoyens et blessé plusieurs autres : « Le peuple de Guinée a bravé les balles des forces de l’ordre qui ont arrêté massivement, tiré aveuglément, molesté cruellement, tuant au moins 10 personnes et blessant par balles plusieurs dizaines. Ces crimes et exactions ont été perpétrés par des unités d’élite de l’Armée guinéenne à savoir le Bataillon Spécial de la Présidence (BSP), le Bataillon Autonome des Troupes Aéroportées (BATA) et les Forces Spéciales Guinéennes (FS). »

La structure dirigée par Abdourahmane Sano demande aux citoyens d’intensifier la lutte les 23 et 24 mars en se mobilisant au niveau des carrefours et ronds-points de leurs quartiers : « Le FNDC appelle à intensifier les manifestations demain lundi 23 mars et mardi 24 mars 2020 avec pour objectif ultime le départ du dictateur Alpha Condé qui est devenu illégitime. Le FNDC invite les citoyens à se mobiliser massivement aux carrefours et ronds-points de leurs quartiers d’où partiront les manifestations.