Violences en Guinée : le ministre des AE exprime ses vives préoccupations aux diplomates

0
472

Dans le cadre de la série de rencontres initiée avec les ambassadeurs par son département depuis l’entame du processus électoral au pays, le ministre des Affaires étrangères et des Guinéens de l’Etranger a eu une séance de travail avec les Ambassadeurs du Groupe African, les ambassadeurs de l’Union européenne, le chargé d’Affaires américain et l’ensemble des ambassadeurs accrédités en Guinée.

Entouré de ses homologues de la Sécurité et de la Protection civile et de la Justice, Garde des Sceaux, Mamadi Touré a dressé à ses hôtes la lecture de la situation vue par le gouvernement, avant d’exposer sur comment les choses évoluent.

« Nous leur avons rappelé la déclaration des observateurs de la Cedeao et de l’Union africaine, qui ont estimé que le scrutin s’est déroulé dans les conditions satisfaisantes. Et donc, nous attendons les résultats. Malheureusement, il y a une autoproclamation d’un candidat. Ce qui est à l’origine de toute cette violence que nous connaissons. Il ne faut pas chercher ailleurs. C’est de cela qu’il s’agit. Après sa déclaration, il a fait comprendre à ses militants qu’il était victorieux, alors que nous attendions encore la fin même du dépouillement des bulletins », a rappelé le chef de la diplomatie guinéenne qui ajoute que les récentes violences enregistrées au pays tirent leur origine de là.

C’est donc, affirme-t-il, ‘’la source de toute la violence qu’il y a aujourd’hui. C’est très inquiétant. Parce qu’on a vu des vidéos, entendu des manifestants demander qu’on leur donne des armes. Et il y en a même qui ont parlé d’intifada. Ce qui est très grave. Ça doit être pris très au sérieux et placé dans le contexte sous-régional, dans un contexte plus large de terrorisme dans la sous-région », a soutenu Mamadi Touré.

Tout en assurant que le gouvernement continuera à attendre les résultats qui sont en train d’être proclamés par l’organe de gestion des élections, le ministre des Affaires Etrangères a indiqué qu’il faille entre-temps assurer la sécurité des Guinéens et celle de l’ensemble du territoire.

« Les diplomates ont bien compris que la situation est sérieuse. Et on a pris à témoin la communauté internationale sur les exactions, les appels à la violence. Ce qui est paradoxal, c’est qu’au même moment où M. Cellou Dalein Diallo appelle à la résistance ou à la violence, ses représentants sont à toutes les étapes du processus électoral à la Ceni », fera noter le ministre.

A propos des résultats dont Cellou Dalein Diallo déclare être en possession et qui lui donneraient un large avantage sur ses concurrents, M. Touré a dit avoir appris l’existence d’’’un logiciel tombé du ciel’’ et qui a la ‘’capacité d’avoir accès à tous les bureaux de vote, dans les villages les plus reculés’’.

« Je ne sais pas avec quel réseau magique qui fait remonter ces informations. Ça, c’est très dangereux et ça peut être passible de poursuites judiciaires. Parce qu’il ne faut pas raconter du n’importe quoi », a-t-il fustigé.

Aux dires de Mamadi Touré, ces violences postélectorales sont également enregistrés hors du pays où les représentations diplomatiques guinéennes qui y sont établies ont été la cible des attaques.

« Non seulement, il y a la violence à l’intérieur du pays, mais nos ambassades sont victimes d’attaques à New York, en Belgique, à Dakar et dans d’autres endroits, ils sont inquiétés. Comment on peut aller s’attaquer à ceux qui sont censés vous représenter et vous protéger à l’étranger ? Je pense que c’est très grave. Il y a un état d’esprit extrêmement dangereux qui est là et (qu’il faille) contenir. Il faut que les gens se ressaisissent. Il s’agit d’une nation. Ce n’est pas une guerre », a conclu Mamadi Touré.