Violences en Guinée : Un courrier accompagné d’extrait de vidéos d’incitation à la haine transmis à l’ONU

0
746

Mohamed Ibn Chambas, Représentant spécial d’Antoine Guiteres pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel a échangé ce lundi 27 janvier 2020 avec les membres du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC) sur la situation sociopolitique de la Guinée.

A la fin de cette rencontre, Abdourahmane Sano, coordinateur du FNDC, dit avoir demandé au diplomate onusien la nécessité de prendre des sanctions contre l’Etat guinéen et les promoteurs de la nouvelle Constitution. « Nous les avons interpellés à remonter un peu plus dans la diplomatie pour envisager désormais des sanctions contre ceux qui veulent mettre en péril la sécurité et la stabilité en Guinée et dans la sous-région. On les a exhortés aux sanctions aussi bien contre l’État que les promoteurs de ce projet-là pour faire en sorte qu’on puisse fléchir la position du président de la République et favoriser l’encrage de la démocratie dans notre pays, parce que c’est ce qui est peut être le socle de la stabilité et la sécurité dans la sous-région. On leur a expliqué la gravité de la situation et les tendances qu’elle est en train de prendre aujourd’hui », affirme-t-il.

Plus loin, M. Sano a fait savoir qu’un courrier destiné au Secrétaire général des Nations unies, Antonio Guiteres, dans lequel sont exprimées les préoccupations des Guinéens a été acheminé. « Nous avons remis en main propre une lettre à l’adresse du Secrétaire général pour dire combien de fois le peuple de Guinée est soucieux de la dictature qui est en train de s’installer et les conséquences de cette situation pour notre pays et pour la sous-région. Nous allons d’ailleurs faire suivre la lettre-là par un extrait de vidéo de certains propos, certains actes de violence, certains actes d’atteintes des droits de l’homme pour qu’elle puisse être soutenue par des éléments tangibles avec des acteurs connus qui sèment la psychose pour que le peuple fléchisse », a-t-il informé.

Pour terminer, le patron du FNDC a rassuré Mohamed Ibn Chambas de l’engagement pacifique de  sa structure. « On l’a rassuré de notre engagement pacifique, de notre volonté à faire en sorte qu’aucune violence ne vienne du FNDC ou des populations. D’ailleurs, pouvait-il en être autrement ? Nous n’avons ni armes ni munitions, on n’a absolument rien. Nous n’avons que notre mobilisation et la volonté de voir la démocratie se renforcer dans notre pays malgré toutes les violences dont nous sommes victimes », a conclu l’ancien ministre guinéen.