Violences postélectorales : des accrochages et des coups de feu signalés à Mali

0
442

L’annonce des résultats provisoires partiels mardi soir par la commission électorale nationale indépendante (CENI) donnant à Alpha Condé une longueur d’avance sur son principal challenger Cellou Dalein Diallo, a occasionné des soulèvements même à l’intérieur du pays.

C’est le cas à Mali, bastion de l’UFDG situé en Moyenne Guinée, où des jeunes gens ont investi ce mercredi 21 octobre les rues de la commune urbaine, en brûlant des pneus et en érigeant des barricades. Les activités sont restées complètement paralysées. Le commerce est fermé.

Des jeunes manifestants et les Forces de défenses et de sécurité (FDS)  se pourchassent dans la ville, a appris Guineenews des sources concordantes.

Joint au téléphone par rapport à la situation, Abdoulaye Siddy Diallo, le maire de la commune urbaine confirme l’information.

« Effectivement. Pendant la matinée d’aujourd’hui, des jeunes sont sortis pour ériger des barricades et brûler des pneus au niveau de quelques carrefours. J’ai été interpellé par Monsieur le Préfet, pour essayer de maîtriser la situation. (…). Mais une fois sur le terrain, j’ai eu à faire à des jeunes surexcités et incontestables », explique le maire avant de poursuivre « (…).  Actuellement, (17 heures, ndlr) les jeunes et les FDS continuent de se pourchasser à travers la ville. On entend des coups de feu. La ville est soumise depuis plusieurs heures à des tirs nourris. Des violences sont en train d’être enregistrées. La population se trouve vraiment dans une situation de détresse. Personne ne sait actuellement par où  donner la tête», regrette Abdoulaye Siddy Diallo.

Poursuivant, le maire a ajouté que « ces jeunes seraient venus au domicile du secrétaire fédéral du RPG ou quelques dégâts ont été enregistrés. C’est en ce moment que la sécurité est sortie »,  rapporte le maire.

Et selon toujours le maire, quelques manifestants auraient été arrêtés.