Visite d’Alpha Condé aux Etats-Unis: Entre affaires et diplomatie, plusieurs villes dans dans son programme

septembre 10, 2019 3:19

Arrivé le dimanche 8 septembre 2019, à Washington, le président Alpha Condé est présentement en visite aux Etats-Unis où il compte rencontrer des investisseurs et participer au sommet annuel des Nations-Unies prévue à New York

Hier lundi 9 septembre, Alpha Condé a eu une séance de travail avec la Banque Mondiale qui est un acteur important dans la restructuration de l’économie guinéenne avec des résultats mitigés. Puis, dans la matinée, il a eu un luncheon avec des hommes d’affaires dans un déjeuner à huis clos, un événement organisé par le Business Council for International Understanding et sponsorisé par Alcoa, Rio Tinto et Endeavor Energy.

Selon des sources concordantes, le président guinéen visitera aussi Houston, Texas et Pittsburgh en Pensylvannie du 8 au 19 septembre avant de se rendre à New York pour l’Assemblée Générale annuelle des Nations-Unies. Houston est le centre de l’industrie pétrolière et une société américaine explore l’offshore guinéen pour des hydrocarbures. Alcoa est un des actionnaires principaux de la Compagnie de Bauxites de Guinée (CBG) qui est le principal pourvoyeur de devises de l’Etat guinéen et qui exploite les gisements de Boké. La multinationale américaine qui est basée à Pittsburgh en Pensylvanie avait été poursuivie en 2014 par Mori Diané, PDG de la minière GDM pour la somme de 300 millions de dollars pour refus d’autoriser – contrairement à la convention –  de sous-traiter le transport de la bauxite à une société guinéenne contrôlée par l’homme d’affaire proche du président Alpha Condé.

Tout récemment, Robert Friedland, un financier américain a acquis le riche gisement de fer du mont Nimba pour une somme non dévoilée.

Le gouvernement américain à travers son ambassadeur Dennis Hawkins lors d’une émission « Les Grandes Gueules » de la radio Espace FM en juillet 2019, s’est officiellement déclaré hostile à tout changement de Constitution si c’est pour « s’éterniser au pouvoir ».

Selon Africa Confidential, le président guinéen aurait retenu les services de lobbying de firmes américaines et de personnalités telles que Edolphus Towns, ancien député ou Alexander J. Beckles, ancien staff du député américain Edolphud Towns pour infléchir la position américaine.

Il n’est pas clair si le président guinéen va rencontrer Donald Trump, mais une « photo opp » avec le sulfureux président américain, pourrait servir dans le débat politique guinéen, estiment les observateurs de la politique guinéenne.

Alpha Condé laisse une Guinée où le débat fait rage sur la proposition d’une éventuelle nouvelle Constitution qui pourrait potentiellement lui laisser cours à un nouveau mandat au delà de 2020,  date à laquelle, il est censé quitter le poste de président de la République.

Le Premier ministre Kassory Fofana a été mandaté de conduire un « dialogue avec les Guinéens ». Une coalition de la société civile et des partis politiques s’oppose catégoriquement à toute modification de la Constitution et refuse de participer au « dialogue » proposé par le président et son premier Ministre.

Crédit photo Amara Kaba sur Facebook