Visite du « pardon » au Foutah : A Lélouma, la mission ministérielle chante le même refrain

0
518

Une mission ministérielle mandatée par le président de la République et conduite par Alpha Ousmane Diallo, le ministère du Tourisme, de l’hôtellerie et de l’artisanat a été reçue  mercredi après-midi à Lélouma, où elle a échangé avec les sages sur les  récentes manifestations du Front national pour la défense de la constitution (FNDC), qui s’étaient soldés par d’importants dégâts matériels dans la localité.

Le ministre de l’Administration du territoire et de la décentralisation, le général Bouréma Condé porte-parole de circonstance de la mission, après les salutations d’usage, a saisi l’occasion pour transmettre le message du chef de l’État aux citoyens de Lélouma.

« (…) Monsieur le président la République et le Premier ministre, en nous mandatant pour venir à Lélouma nous ont dit, commencez par transmettre nos salutations humbles et respectueuses à nos papas et à nos mamans de Lélouma. C’est ce que je fais à présent. Ils nous ont dit de présenter nos excuses à Lélouma. Parce-que depuis les événements regrettables qui se sont produits à Lélouma, nous aurions dû envoyer la délégation le même jour à Lélouma pour que les citoyens et citoyennes de cette ville sachent et sentent effectivement qu’ils ne sont pas une partie isolée de la Guinée. Mais qu’ils sont partie intégrante. Et dire également que ce qui est arrivé à Lélouma quoi que cela fusse très regrettable n’est nullement la volonté de l’État guinéen. (…). A la faveur malheureusement de ces douloureux événements, des infrastructures ont été cassées, pillées et des agents de l’État, représentants le chef de l’État ont été menacés et expulsés de force. Pour tous ces cas également, Monsieur le président de la République nous charge d’exprimer sa compassion », a campé Bouréma Condé.

Revenant sur les troubles sociaux, le général Bouréma Condé poursuit » j’en viens maintenant au sujet des troubles sociaux. Ça fait partie aussi de la vie. Mes papas qui sont assis en face de moi savent qu’en leur temps, il suffisait d’une seule voix dans une ville comme Lélouma pour que tout le monde s’asseye ou bien pour que tout le monde se lève. Pour que tout le monde parle ou bien pour que tout le monde se taise. Y avait le respect des anciens. Maintenant, nous avons ce que Dieu nous a donné comme enfants, où on n’écoute pas les anciens. Lélouma à l’instar des 33 autres préfectures de la Guinée, Dieu a voulu que ce soit aujourd’hui le président de la République Alpha Condé, que ce soit lui. C’est la volonté de Dieu », justifie Bouréma Condé.

Et de poursuivre dans la même lancée: « la Guinée est une voiture à quatre roues. Sans l’entièreté ce véhicule n’avance pas. Autrement dit, si un seul pneu est crevé, la voiture est immobilisée. Elle n’ira nulle part. C’est cela l’image de la Guinée par le président de la République. Et c’est pour cela qu’il multiplie les actions de développement dans les 342 communes de la Guinée. (…). Il n y a pas une commune en Guinée qui n’a pas reçu un minimum de 1 500 000 000 GNF, jusqu’à 4 500 000 000 selon la taille de la commune pour que une, deux ou trois infrastructures, chaque année soit faites dans chacune de ces 342 communes. (…). Pendant ce temps, la politique fait son jeu. Or la politique est très simple dans sa conception. Pour ceux avec lesquels nous avons vu la politique, c’est un combat des idées. Mais ce n’est pas un combat des pneus brûlés dans les carrefours, ce n’est pas un combat du fusil, ce n’est pas un combat des lances pierres, ce n’est pas un combat de Diountou jusqu’ici, en passant par Korbé, tout est brûlé, tout est tronc d’arbres, tout est cailloux. Ce n’est pas ça la politique « , déplore le ministre de l’Administration du territoire et de la décentralisation.

Faut-il par ailleurs noter que cette délégation ministérielle était composée entre autres du ministre de l’administration du territoire Bouréma Condé, du ministre de Tourisme, de l’hôtellerie et de l’artisanat Alpha Ousmane Diallo, du ministre de l’Unité nationale et de la citoyenneté Mamadou Taran Diallo, celui de la Jeunesse Mouctar Diallo pour ne citer que ceux-là.