Visite du site de Kogbèdou-Kankan : déçus de la réalité du terrain, les jeunes annoncent la reprise des manifs

0
939

Dans la vallée du fleuve Milo à Fabala, district situé à environ 80Km de Kankan, se trouve le site sur lequel sera réalisé le futur micro barrage hydroélectrique de 16, 5 MW de Kogbèdou. Un ouvrage dont les travaux ont été lancés 2016 par les autorités nationales pour être rendus trois ans plus. Ce samedi, une délégation dirigée par le nouveau préfet de Kankan, accompagnée par la presse locale, s’est rendue sur ledit site pour un constat.

Sur le site, ce micro barrage devant absorber l’énorme déficit énergétique de la région de la Savane guinéenne, aujourd’hui en proie à une fonde sans précédent contre le pouvoir à cause des nombreuses promesses non réalisées, attend toujours de sortir des terres.

En lieu et place d’un barrage flambant neuf opérationnel aujourd’hui, on retrouve comme il nous a été donné de constater, des broussailles à perte vue le long d’une vaste étendue d’eau fluviale. Aucune trace de travaux ni même de plaque indicative. On y trouve toutefois des piquets gradués sur certains abords des rivages.

Rencontré sur les lieux, le chef du projet, Mamady Kaba de la société Guiter, chargée d’exécuter les travaux, précise : « en avril 2016, Guiter et son partenaire ont signé un protocole d’accord adressé à l’Etat guinéen pour la construction de ce barrage. À partir de cette année de 2016, on a entamé les travaux d’ouverture des emprises. C’était vraiment une forêt arborée qui était là. Nous avons défriché les emprises du barrage sur les deux rives. Nous avons aussi procédé à la constitution des digues de terre. Les études sont faites à 100%. Mais en ce qui concerne la construction du barrage proprement dite, les travaux n’ont pas commencé d’abord. »

Quant au préfet Amara Lamine Soumah, il a livré à la presse ses impressions après la visite guidée sur le site du micro barrage :  » nous avons effectué cette visite pour pouvoir constater ce qui est d’existant sur le terrain.  L’espoir est permis.  Parce que le chef de l’Etat a agréé ce projet. Il a dit qu’il s’engage à réaliser ce barrage de Kogbèdou. C’est pourquoi il a dépêché un émissaire crédible en la personne du ministre d’Etat chargé des Affaires Présidentielles, ministre de la Défense, Dr Mohamed Diané auprès du Sotikèmo (le patriarche de Kankan, ndlr). Le ministre d’Etat a réaffirmé à la notabilité la ferme volonté du chef de l’Etat à réaliser ce barrage à la satisfaction des populations de Kankan. »

Ce message d’espoir lancé par le préfet, n’a guère empêché le chargé de communication du Mouvement Citoyen pour l’Électrification de la Haute-Guinée, d’exprimer sa déception à l’issue de cette visite de terrain.

« Sans mentir, on est venu et on a vu. Mais, le constat est amer. Il n’y a rien de concret.  Cela a été un grand plaisir pour nous d’avoir pu effectuer ce déplacement qui nous a permis de nous rendre compte des réalités. Mais ce que les autorités ne doivent pas oublier, c’est qu’on a dépassé la phase des promesses. Nous exigeons le démarrage effectif des travaux de construction du barrage. Sinon, nous l’avons déjà dit, il n’y aura pas d’élection en Haute Guinée », a-t-il prévenu.

Par ailleurs, faut-il préciser que le président du mouvement des jeunes militants contre l’obscurité, Ousman M’biya Kaba a annoncé sur le champ, la fin de la trêve et la reprise des manifestations de rue dès la semaine prochaine. Une manière d’accentuer la pression sur le gouvernement.