Vivant dans la précarité depuis 4 ans, les inspecteurs d’Etat entament un sit-in

0
541

Abandonnés à eux-mêmes il y a quatre ans de cela, les inspecteurs d’Etat ont décidé ce lundi 8 juin de passer à la vitesse supérieure. En  élisant domicile devant l’Inspection Générale de l’Etat (IGE) à Kaloum, afin de se faire entendre des autorités compétentes à travers ce sit-in.

Joint au téléphone par Guinéenews©, leur porte-parole  Dr Mamadi Balla Camara a déclaré qu’ils iront jusqu’au bout, tant que leurs revendications ne sont pas prises en compte par les autorités.

« Nous passons notre première  nuit devant l’IGE (inspection générale d’Etat), parce que depuis 2016, le gouvernement est motivé par les partenaires techniques et financiers d’un programme pour réorganiser les corps de contrôle, notamment l’inspection générale des finances, l’inspection générale d’Etat et la Cour des Comptes.  Cette dernière qui était une chambre de la Cour suprême est devenue une Cour des Comptes, selon la Constitution 2010. Egalement l’inspection d’Etat aussi est devenue l’institution supérieure de contrôle d’ordre administratif en Guinée », a-t-il fait savoir.

« Depuis notre recrutement en 2016 et le deuxième groupe en 2018, ce qui fait un corps de 20 inspecteurs recrutés par voie de concours, nous devions constituer un vivier de l’administration publique avec des avantages à savoir des bureaux, de primes de carburant ainsi que les véhicules de fonction conformément au statut. Mais nous sommes dans une précarité sans précédent. Nous n’avons aucun bureau, nous sommes dans une salle de conférence où nous avons effectué des audits de l’Office Guinéen de Publicité (OGP), Office Guinéen des Chargeurs (OGC) ainsi que d’autres. Toutes ces personnalités ont été reçues dans une salle que nous considérons comme un bureau pour nous. Depuis quatre ans nous vivons dans cette situation inacceptable que nous supposons qu’il faut améliorer nos conditions de travail pour que la gouvernance soit décente en République de Guinée », a-t-il déploré.

« Depuis 2016 nous revendiquons, nous avons écrit au président de la République ainsi qu’à toutes autorités à tous les niveaux. Nous avons joint des ministres pour plaider notre cause sans succès. Imaginez le fonds d’intervention qui doit nous soutenir est signé mais il est bloqué par devers le ministère du Budget. Nous sommes au nombre de 20 inspecteurs d’Etat. Trois de nos amis sont en formation à l’extérieur et deux autres ont été nommés par décret comme conseillers du ministre de l’Economie et des Finances et celui du Budget », a-t-il indiqué au bout du fil.