Voici ce qu’il faut à la Guinée pour adhérer à la Banque asiatique d’investissements

0
685

Nombreux projets de loi ont été adoptés à l’unanimité des députés présents à l’Hémicycle ce jeudi 4 juillet 2019. Parmi eux, figure en bonne place celui relatif à l’adhésion de la Guinée à Banque asiatique d’investissements dans les infrastructures.

Une démarche consécutive à la volonté exprimée du gouvernement qui a demandé le 7 janvier dernier à adhérer à cette institution financière en vue de pouvoir bénéficier de nombreux financements, au regard de sa demande importante de construction d’infrastructures.

 Selon Michel Kamano, président de la commission Economie et Finances à l’Assemblée nationale, c’est lors de sa session du 22 avril 2019 que le Conseil d’administration de cette banque a approuvé la demande d’adhésion de la Guinée. Une adhésion qui ne sera effective que lorsque bien évidemment la banque ne sera assurée du soutien des honorables députés au gouvernement en autorisant la ratification de celle-ci. Raison pour laquelle la loi est soumise à l’appréciation des parlementaires ce jeudi.

« Il y a bien évidemment des préalables: au niveau de la commission (Economie et Finances, ndlr), nous nous sommes intéressés au fait que les prochaines assemblées, qui devraient consacrer cette adhésion, se tiennent les 12 et 13 juillet. Et pour cela, il faudrait que vous acceptiez, honorables députés, d’autoriser la ratification, que la Cour constitutionnelle émette son avis, que Son Excellence le président de la République fasse la promulgation et qu’on publie cela au Journal officiel de la République », a expliqué le député Kamano, qui ajoutera par la suite qu’une des conditions préalables est de payer l’achat des huit premières actions qu’il a évaluées à hauteur de 800.000 dollars.

« Cela doit être effectif avant le 12 juillet. Si tout cela est respecté, nous bénéficierons d’investissements importants pour la construction d’infrastructures pour lesquelles le gouvernement est déjà en négociation avancée et pour lesquelles notre auguste Assemblée a déjà autorisé la ratification de certaines conventions », a conclu le président de la commission Economie et Finances.