Voirie urbaine de Lola :  pourquoi les travaux traînent un an après leur démarrage

0
243

Lancés en pompe au mois de décembre 2018 par le président Alpha Condé en personne, les travaux de bitumage de la voirie urbaine de Lola, traînent toujours, a constaté Guineenews sur place.

Ce contrat de bitumage confié à l’entreprise Bejec pour un délai contractuel de 18 mois, aurait du mal à être exécuté. Pour preuve, on en serait qu’à 12% du niveau d’exécution des travaux, cela un an après le démarrage du projet.

Pour avoir d’amples détails sur ce qui se passe réellement sur le terrain, notre reporter a tendu son micro à Lamine Sangaré, chef de mission de contrôle, qui a commencé par taire la rumeur selon laquelle les travaux de cuirassement confiés à des sous-traitants locaux, auraient été retirés.

« Il n’y a pas de sous-traitants à Lola, il y a seulement une équipe en place. Pour qu’il y ait sous-traitance, c’est un dossier qu’on transmet au ministère qui donne son avis, souvent leurs compositions et leurs documentations », a-t-il expliqué.

Puis d’ajouter : « nous sommes sur plusieurs lignes, les travailleurs sont en train de travailler sur la ligne 1, 2, 3 et 4, c’est pour dire que rien n’a été retiré », assure-t-il.

A la question de savoir la cause dans la lenteur des travaux, notre interlocuteur affirme que « la vivacité de l’entreprise dépend de ses fonds, l’entreprise a commencé a travaillé depuis le mois de janvier 2019 et pendant la saison pluvieuse, on a arrêté. »

Tout serait lié à une affaire d’argent, selon lui. « Chaque fois que je demande, il me dit qu’ils n’ont pas reçu de l’argent, et qu’ils ont pourtant demandé des avances. C’est ce qui explique donc la lenteur dans le travail », clame Lamine Sangaré.

Concernant les dalots, il affirme que certains manquent de correction.  « Ils seront corrigés, je vous informe que l’entreprise a travaillé pendant tout ce temps, sans contrôle. Moi je suis venu au mois de novembre, je suis obligé de voir tous ceux qui ne sont pas bons, de les corriger, surtout les dalots », révèle-t-il.

Lamine Sangaré indique que le délai d’exécution des travaux était de 18 mois.  Et que la société a travaillé tout ce temps, sans aucune mission de contrôle.

Il faut noter que jusque-là Bejec n’a pas déployé de machines sur le terrain. Il a fallu le génie militaire de l’armée pour faire le dégagement de la voirie.

« Si dans 10 jours l’entreprise est là, avec ses matériels nous allons finir la plupart des points noirs. Le niveau d’évolution des travaux est de 12%, seulement il y a eu les travaux de terrassement sur toutes les lignes, pour le moment », reconnait le chef de la mission contrôle.

 Pour répondre à la question sur la finition des travaux de 12 ,5 kilomètres de Lola  avant la fin de la  saison de pluies  qui est de courte durée à Lola , il a dit que ça dépend de la mobilisation de l’entreprise parce que ils ont promis que les machines seront là dans 10 jours.

L’entreprise traîne donc les pas dans le bitumage de cette voirie longue de 12 ,5 kilomètres. Arguant n’avoir reçu aucun sou de la part du gouvernement.