Volontariat : la caravane nationale citoyenne à la rencontre des jeunes de Labé

0
627

Après Boké, Kindia et Mamou ; les 56 jeunes de la caravane nationale citoyenne a posé leurs valises ce mercredi 27 novembre à Labé. C’est la salle de conférence du centre d’écoute, de conseils et d’orientations pour jeune (CECOJE) qui a servi de cadre à la rencontre.

Macka Baldé, le directeur général adjoint de l’agence nationale du volontariat jeunesse au ministère de la Jeunesse et de l’Emploi Jeune replace l’événement dans son contexte général : « c’est une caravane nationale citoyenne de la jeunesse qui est initiée par le ministère de la Jeunesse et de l’Emploi Jeune. Nous sommes à sa deuxième édition et le thème de cette année est : ‘’paix développement, unité nationale, protection de l’environnement et promouvoir l’esprit du volontariat dans le pays. »

Pour sa part, Nana Condé, la responsable de la cellule communication de l’agence nationale du volontariat, déroule le calendrier des activités de leur caravane à Labé : « ce sont des séances de sensibilisation qui sont prévues et l’étape de Labé s’étendra sur la journée de ce mercredi et nous sommes là jusqu’à 14 heures. On a commencé par Boké, Kindia, Mamou et Labé aujourd’hui. Le message fort, c’est de développer l’esprit du volontariat dans l’esprit des jeunes… »

Invité en tant que président de séance, Madifing Diané le gouverneur de Labé a livré, de son côté, un message de paix et d’unité. « La sensibilisation de cette jeunesse est une nécessité. Il est de notre responsabilité de les sensibiliser. Elle est aujourd’hui le présent de ce pays, elle est aussi l’avenir et le devenir de ce pays. A voir ce qui se passe en son sein, c’est une nécessité de sensibiliser nos jeunes sur l’unité de la nation, les valeurs de paix pour la nation en vue d’amorcer un véritable développement économique. C’est vrai, ce sont des innocents qui ne connaissent pas l’histoire de leur pays parce que s’ils connaissaient l’histoire de leur pays, ils sauront que c’est dans l’unité qu’on est arrivé à l’indépendance et il se serait accroché à cette unité. S’ils connaissaient l’histoire de ce pays, ils auront su qu’aucune ethnie isolement prise ne peut avoir la Présidence de ce pays. Dieu nous a fait ainsi, nous sommes dépendants entre nous. La Haute Guinée n’est rien sans les autres régions. Elle ne fait que 24 % dans sa totalité. La moyenne Guinée n’est rien ; elle ne fait que 16 %. La réalité est que même ces deux grosses communautés associées ne sont rien si elles ne vont pas en direction des autres », a-t-il fait remarquer.

Après Labé, les caravaniers sont attendus à Kankan et Faranah dans les prochains jours.