Vols transfrontaliers de bétail : le préfet de Lola appelle à la mise en place des comités d’autodéfense

0
638

Le vol de bétail dans la sous-préfecture de Foumbadou, plus précisément dans le district de Morigbèdou est devenu un véritable casse-tête aussi bien pour les bouviers que les autorités locales. Ce, en dépit des nombreuses sensibilisations et rencontres que celles-ci organisent entre les différents acteurs des localités concernées. (photo d’archives)

Interrogé sur cette situation, Mamadi Sanoh, un bouvier de la contrée se plaint des cas de vols transfrontaliers de bétail dont ils sont régulièrement victimes. « Nous sommes confrontés aux vols de nos bœufs qui sont souvent expédiés de l’autre côté de la frontière, en Côte d’Ivoire. Nous sommes à 4 kilomètres de la frontière. Si les gens volent nos bœufs et qu’ils réussissent à traverser la frontière vers la Côte d’Ivoire, nous les perdons. Par contre, si les voleurs restent sur le territoire guinéen, nous les poursuivons et parfois nous les rattrapons. Très sincèrement nous sommes totalement impuissants face à ces vols à répétition de nos bœufs. C’est pourquoi nous avons été voir le préfet d’Ouaninou, en Côte d’Ivoire. Celui-ci a décidé à cet effet de mettre en place une commission qui n’a d’ailleurs servi à rien. Car, nos bœufs volés ont toujours continué à être transférés en Côte d’Ivoire sans jamais être saisis par les autorités ivoiriennes encore moins par ladite commission.

A présent, nous ne comptons plus que sur l’appui des autorités guinéennes pour préserver notre bétail des voleurs qui passent à l’autre côté de la frontière ivoirienne. Nous avons plusieurs fois informé les autorités de Foumbadou et de Lola. Ce n’est pas seulement les autorités guinéennes, on a fait la même chose du côté ivoirien », a interpellé notre interlocuteur.

Pour sa part, le préfet de Lola, Sékou Touraman Diabaté a interpellé les jeunes de Balladou à se regrouper en comité d’auto-défense pour traquer ces voleurs de bétail.

 « Vous avez assez de jeunes ici… Lorsque j’étais à Kérouané, le vol de bétail était devenu récurrent à Konssankro. Et devant l’insuffisance du nombre d’agents de défense et de sécurité, les jeunes se sont organisés en comité d’auto-défense. C’est pourquoi je demande ici aussi aux jeunes de s’organiser de la même manière. S’ils attrapent un voleur, qu’ils ne le tuent ni le frappent. Ils doivent l’amener à Lola. La fois dernière, des gens ont quitté Foumbadou pour aller voler des bœufs dans un village de Beyla. Mais ce sont des jeunes dudit village qui ont chassé ces voleurs jusqu’à Foumbadou. Par la suite, les policiers ont quitté Beyla pour venir procéder à l’interpellation de ces voleurs à Foumbadou. Ce n’est pas la police encore moins la gendarmerie qui a intercepté ces voleurs. Mais plutôt des jeunes. C’est pourquoi les jeunes de Morigbèdou doivent aider les agents pour mettre un terme à ce phénomène… », a lancé en substance le préfet de Lola.