Yaramo Malé, ancienne matrone traditionnelle, devenue relais communautaire

avril 26, 2019 12:21

Yaramo Malé, Relais communautaire expliquant le contenu de son registre à la Conseillère régionale santé de l’enfant et santé communautaire — © UNICEF/ I.S. KABA

Yaramo Malé a 35 ans et vit dans la commune de convergence de Bossou, situé à 18 km du chef-lieu de la préfecture de Lola. Elle est mariée et mère de 5 enfants dont 3 filles.

Matrone traditionnelle depuis 2010, Yaramo ignorait beaucoup de choses dans la prise en charge des femmes enceintes et le suivi des bébés : « À l’époque où j’étais matrone, la majeure partie des femmes accouchaient dans les villages. Le suivi de la vaccination des enfants n’était pas effectif et moi-même, je ne maîtrisais pas les différents vaccins. C’est ainsi par exemple que la rougeole a tué beaucoup d’enfants dans les villages par ignorance ».

Yaramo Malé, RECO de la commune de convergence de Bossou — © UNICEF/ I.S. KABA

À la faveur du lancement du programme de santé communautaire dans les 40 communes de convergences en août 2018, Yaramo Malé est devenu relais communautaire (RECO). Après la formation à Lola, elle a été de suite déployée sur le terrain : « Depuis que je suis devenu RECO, Dieu merci, je suis sorti de l’obscurité et les choses sont claires pour moi maintenant. Je suis à l’aise et mieux orienté dans mon travail. Les maladies qui tuaient les enfants sont devenues un lointain souvenir et la quasi-totalité des femmes enceintes accouchent maintenant au centre de santé. La mortalité maternelle et infantile a diminué ».

Après quelques mois de sensibilisation, à Bossou désormais, la communauté accueille à bras ouverts les RECO sur le terrain, ce qui n’était pas le cas surtout avec les mauvais souvenirs laissés par Ebola : « Les gens avaient la phobie des médecins, agents de santé, impossible même pour eux de retrouver leurs carnets de soins. Mais aujourd’hui, la tendance est en train d’être inversée » nous explique Malé.

Yaramo Malé, RECO de Bossou — © UNICEF/ I.S. KABA

Dans sa nouvelle fonction, Yaramo Malé gère le registre dans lequel est inscrit la situation de 13 femmes enceintes de Bossou 1 : « mon rôle c’est de surveiller les femmes enceintes jusqu’à l’accouchement et après, je veille sur l’enfant jusqu’à 5 mois. Je m’assure à ce que l’enfant prenne tous ses vaccins. À partir de 6 mois, je surveille aussi l’alimentation de l’enfant après l’allaitement exclusif ainsi que son hygiène ».

Ibrahima Sory KABA UNICEF Guinée