Yomou : la justice de paix en quête d’une seconde vie

septembre 10, 2019 1:53

La justice de paix de Yomou, longtemps en proie à une crise aigüe de confiance avec les justiciables, est en train de renaitre de ses cendres afin de relever les immenses défis qui l’interpellent. Cette renaissance est rendue aujourd’hui possible grâce aux réformes du système judiciaire et à l’engagement des autorités administratives et judiciaires locales.

L’arrivée en août 2018 d’un nouveau juge de paix a donc parmi de largement contribuer à rétablir la confiance entre la justice et les justiciables.

A propos, le juge de paix, Lansana Cissé rappelle ici les réformes engagées par la nouvelle équipe depuis plus d’un an : « nous sommes passés sur les ondes de la radio locale pour rassurer les citoyens sur la gratuité des services publics de la justice, leur dire également qu’ils peuvent avoir confiance en la justice. Parce que dans le cadre de la réforme des services judiciaires par les autorités au haut niveau, l’accent a été mis sur le rapprochement de la justice des justiciables. Un axe que nous avons inscrit au rang de nos priorités. Nous avons réuni l’ensemble des officiers de police judicaire au niveau de la préfecture de Yomou, c’est-à-dire les officiers de police, de douane, de gendarmerie, les conservateurs de la nature et les officiers qui agissent dans le cadre de l’enquête et qui dressent des procès-verbaux qui sont destinés au juge de paix… Nous avons mis l’accent sur les règles des gardes à vue, le respect des délais, nous avons expliqué comment les locaux pendant la garde à vue doivent être tenus et les diligences qui les incombent au niveau de la procédure. Nous avons donné quelques conseils aux citoyens, aux autorités locales par rapport à leurs saisines. Parce qu’il y avait des présidents de district qui s’étaient érigés en juge pour trancher les affaires pénales à leur niveau. Aujourd’hui, la justice de Yomou se félicite de ces réformes. Car, la population a eu confiance en la justice. Dès qu’il y a une audience, la salle est remplie parfois, les citoyens sont arrêtés à la fenêtre pour suivre les audiences. »

Malgré ces avancées, il existe encore bien d’autres besoins qui se posent à la justice de paix de Yomou. Parmi lesquels, énumère Lansana Cissé, l’augmentation du nombre de magistrats, l’agrandissement de la salle d’audience, la construction des logements des magistrats et juges et leur équipement en matériels techniques et en moyens logistiques, l’augmentation du nombre des gardes pénitentiaires.  Le juge de paix en appelle également à l’Etat à l’effet de rendre son institution plus performante.

Pour sa part, Zaoro Etienne Mamy, le Vice-président de la société civile préfectorale de Yomou, apprécie toutes ces réformes dont bénéficie le secteur de la justice d’une manière générale et plus particulièrement la justice de paix de Yomou. Selon lui, la justice travaille ‘’correctement’’ conformément à la loi sans discrimination aucune.  Voilà, explique-t-il, les raisons pour lesquelles la salle d’audience est remplie à chaque fois qu’il y a procès contrairement à un passé récent. En outre, souligne-t-il, chaque citoyen est désormais libre de prendre un avocat de son choix.

De son côté, Kolié Foromo, l’assistant au cabinet de parquet de Yomou, parle plutôt de mutations profondes en cours à la justice de paix de Yomou qui était, dit-il, presque ‘’morte’’. « Les citoyens n’étaient pas satisfaits des verdicts rendus dans le passé mais actuellement, la population peut en témoigner », a-t-il déclaré.