Yomou: Les infrastructures administratives en décrépitude

0
474

Le  constat  de la vétusté des infrastructures publiques de Yomou  est  un fait palpable. Il suffit d’y faire un tour,  pour s’en rendre compte. On se croirait dans une bourgade oubliée mais pas dans une préfecture.

Cette vétusté touche la quasi-totalité des infrastructures  de la préfecture. C’est le cas  du grand bâtiment  situé juste à l’entrée de la préfecture de Yomou.  Un patrimoine  historique laissé par les colons  qui faisait partie du contentieux  franco-guinéen,  datant de 1955.

Le local servait de bureau pour les premiers directeurs des services de l’agriculture, de l’élevage et eaux et forêts  en 1960,  avant d’être transformé  plus tard en magasin de  stockage des produits agricoles et intrants.

Aujourd’hui ce  bâtiment est  complètement délabré, effondré  et  abandonné, à cause de l’impact  des quantités d’engrais longtemps  stockées là, selon Ansoumane Condé, chef section de la promotion agricole qui travaille dans ce service depuis près de 20 ans.

 Monèmou Essai, président préfectoral de la chambre d’agriculture de Yomou, rappelle que  la situation est critique. Et qu’avant l’effondrement du bâtiment, y avait   plus de 20 à 25 tonnes d’engrais stockées dans le bâtiment.  Ce qui aurait contribué à son effondrement.

La vétusté   de certaines infrastructures publiques de la préfecture de Yomou, notamment la section de la promotion agricole, la direction de l’habitat, la direction préfectorale de l’environnement,  la direction préfectorale de la promotion  féminine et de l’action féminine, ainsi que le logement des autorités administratives saute aux yeux.

Exceptés le bloc administratif préfectoral de la gendarmerie, la mairie, le commissariat central  qui ont bénéficié d’une rénovation.