Zéro admis au BEPC à Koubia : les élèves exultent leur colère dans la rue

0
317

La commune urbaine de Koubia a connu une matinée super-agitée ce lundi 14 septembre 2020. Pour cause, les candidats échoués au brevet d’études de premier cycle (BEPC), appuyés  par d’autres élèves de la préfecture sont sortis en masse pour non seulement dénoncer les résultats de l’examen qui affichent « zéro admis » à Koubia, mais aussi demander des comptes aux autorités de l’éducation qui selon eux auraient une part de responsabilité dans cet échec.

Une situation qui a poussé les autorités de la ville à saisir l’inspection régionale de l’éducation de Labé pour réclamer plus de lumière sur cette affaire qui n’honore pas la préfecture.

Joint au téléphone par la rédaction locale de Guinéenews©, Saidou Bangaya Diallo, le préfet de Koubia confirme la manifestation qui aurait été très pacifique: « oui les élèves sont sortis dans les rues pour manifester par rapport aux résultats qui affichent zéro admis à Koubia au BEPC. Donc, ils sont descendus dans les rues et se sont dirigé vers la DPE (direction préfectorale de l’éducation). Ils étaient très nombreux ; donc l’autorité préfectorale, personnellement moi je suis allé à leur rencontre pour les sensibiliser et finalement ils ont accepté et se sont dispersés. Il n’y a pas eu de dégât matériel » soutient le préfet.

Pour le moment le calme est revenu, mais selon l’autorité préfectorale, les élèves n’entendent pas démordre.  « Pour eux c’est inadmissible que les 191 candidats venus des différents établissements scolaires de Koubia pour concourir au niveau d’un seul centre échouent tous avec zéro admis. Pour eux le centre a été écarté et leurs copies n’ont pas été traitées » ajoute-t-il.

Ainsi, les autorités décident de voir clair dans le dossier : « par rapport à ça je suis entré en contact avec l’inspecteur régional de l’éducation à qui j’ai expliqué le souci. Donc, j’ai proposé à monsieur l’inspecteur la constitution d’une commission mixte composée de la société civile, de quelques élèves par établissement, de l’APAE (association des parents d’élèves), de la ligue islamique, d’un maire d’une des communes et l’autorité préfectorale pour vraiment savoir où se situe le problème. Il peut nous faire voir les copies et les relèves de notes » estime Saidou Bangaya Diallo, le préfet de Koubia.

Et selon nos informations, l’inspecteur régional de l’éducation a accepté de les rencontrer mercredi prochain à 10 heures à Labé.